Rémunération de Carlos Ghosn: pas de fraude chez Renault pour les années 2017 et 2018

© AFP
© AFP

L’audit interne lancé par Renault sur les éléments de rémunération de Carlos Ghosn, PDG du groupe français, a conclu «à leur conformité et à l’absence de fraude» concernant les années 2017 et 2018, a indiqué jeudi le groupe automobile dans un communiqué.

Affaire Carlos Ghosn: une «réunion extraordinaire» du conseil d’administration

«Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs», a précisé toutefois le constructeur français, à l’issue d’une réunion des administrateurs de la marque au losange. «Il en sera rendu compte de la même manière dès la prochaine séance du Conseil d’administration», a expliqué Renault dans son communiqué.

Carlos Ghosn, devant le tribunal pour la première fois, se dit «faussement accusé»

Cette mission, menée selon Renault «par des experts internes issus de la Direction de l’éthique» de l’entreprise «assistés d’experts externes indépendants», avait été annoncée fin novembre par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Elle portera «à la fois sur les questions de rémunération et les questions d’abus de bien social, pour vérifier qu’il n’y a rien eu de difficile, de délicat que nous puissions trouver», avait indiqué M. Le Maire.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite