Coupe du Roi: le Barça surpris, la Real Sociedad et Januzaj partagent

@EPA
@EPA

Le FC Barcelone, avec une équipe largement remaniée, s’est incliné 2-1 jeudi à Levante lors du match aller des huitièmes de finale de la Coupe du Roi. Tenants du titre, les Catalans devront inverser la tendance au Camp Nou le 17 janvier s’ils veulent conserver leur couronne. Blessé, Thomas Vermaelen n’était pas sur la feuille de match.

Le Barca, avec Lionel Messi, Gerard Piqué, Ivan Rakitic, Luis Suarez et Jordi Alba laissés au repos, présentait un onze inhabituel au coup d’envoi. En effet, seuls Ousmane Dembélé et Arturo Vidal restaient dans le onze de base par rapport au match remporté à Getafe dimanche en Liga.

Levante, 10e en Liga, a fait la différence en début de match. A la réception d’un coup franc venu de la gauche, Erick Cabaco a ouvert le score de la tête dès la 4e minute. Le club valencien a doublé son avance à la 18e grâce à un tir croisé de Borja Mayoral.

Les Catalans ont sauvé l’honneur en fin de rencontre grâce à un penalty obtenu par Denis Suarez et transformé par Coutinho (84e). C’est une belle revanche pour les Granotes, sévèrement battus par Barcelone (0-5) à la mi-décembre en championnat. Les troupes d’Ernesto Valverde restaient sur neuf matches sans défaite.

A noter que cette rencontre a vu le Colombien Jeison Murillo, arrivé en provenance de Valence début janvier, faire ses débuts sous la vareuse blaugrana. Le défenseur a joué tout le match dans l’axe de l’arière-garde barcelonaise.

La Real Sociedad, avec Januzaj, partage au Betis Séville

La Real Sociedad et le Betis Séville ont partagé l’enjeu (0-0) ce jeudi soir en huitièmes de finale aller de la Coupe du Roi. Monté au jeu à la 84e, Adnan Januzaj n’a pas su faire la différence pour les Basques.

Sans Adnan Januzaj au coup d’envoi, la Real Sociedad devait faire face aux assauts andalous mais la défense basque tenait le bon bout. Les échanges s’équilibraient ensuite mais aucune des deux équipes ne parvenaient à se détacher.

Les deux formations devront se départager lors du match retour qui aura lieu le jeudi 17 janvier prochain à Saint-Sébastien.

Séville surclasse Bilbao

Le Séville FC, l’une des équipes en forme de la Liga, est allé s’imposer à Bilbao (3-1), mettant un pied en quarts grâce notamment à un nouveau but du Français Wissam Ben Yedder.

Au stade San Mamés, les Sévillans se sont imposés sur des buts de Nolito (6e), André Silva (53e) et Ben Yedder d’une frappe en pivot (77e), soit son 16e but cette saison toutes compétitions confondues. Mikel San José avait brièvement égalisé pour les Basques (49e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite