Accueil Culture Musiques

Opéra et mise en scène: un mariage mouvementé

Mise en scène et scénographie deviennent prépondérantes à l’opéra. On parle davantage du « Don Giovanni » de Warlikowski que de celui de Mozart. Epuisé par ses dérives, le « regietheater » tire-t-il ses dernières salves ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Ce pourrait être le grand débat de 2016. Sauvé de la poussière par des metteurs en scène qui lui ont rendu la vérité du théâtre, l’opéra se trouve aujourd’hui confronté à des dérives, souvent au nom d’une perverse « regietheater » à l’allemande. Au point que le visuel devient parfois perturbateur et impose à la musique un effet de distraction, au sens pascalien du terme. Soit parce que les ajouts scéniques sont à ce point importants qu’ils ne permettent plus au spectateur de se concentrer sur l’écoute de la musique, soit parce que le concept imposé par le metteur en scène est farouchement réducteur et défigure l’œuvre originale, soit parce que la scénographie, par son poids imposant, empêche toute liberté dans le jeu scénique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs