Pénurie d’électricité: l’arrêt des réacteurs nucléaires a coûté 45 euros de plus aux ménages en décembre

Pénurie d’électricité: l’arrêt des réacteurs nucléaires a coûté 45 euros de plus aux ménages en décembre

Entre octobre et novembre, seul un réacteur nucléaire sur sept était en état de marche, faisant grimper les tarifs de l’électricité en Belgique. Et le poids sur les porte-monnaie des ménages et de PME se fait sentir. Les ménages qui ont signé un contrat d’électricité en décembre paient 45 euros de plus que le prix moyen de l’année écoulée, indique la Libre vendredi, sur la base des calculs du régulateur fédéral de l’énergie Creg.

>«Il n’y aura pas de pénurie d’électricité cet hiver», affirme Marie Christine Marghem

Mais l’impact de la crise de l’énergie sur le prix a toutefois été réduit puisque, entre septembre et octobre 2018, le prix était supérieur de 90 euros.

Pour quantifier cet impact, le Creg a analysé l’évolution de la composante énergétique. C’est la partie de la facture qui fait référence à la matière première pure, l’électricité. En septembre et octobre, il a augmenté de 90 euros et de 45 euros en décembre. Étant donné que cette augmentation de prix dans nos pays voisins n’a pas eu lieu pendant ces périodes, on peut supposer que cela est dû à la situation des centrales nucléaires belges, selon La Libre.

>Pénurie d’électricité: l’indisponibilité de Doel 1 et 2 prolongée

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite