Les hôtels bruxellois remplis à 95% la nuit du Nouvel an, un «résultat excellent»

Edition numérique des abonnés

Le taux d’occupation des hôtels bruxellois a atteint un « résultat excellent » avec 94,7 % lors de la nuit du passage à l’an 2019, annonce vendredi la Brussels Hotels Association, qui représente près de 85 % du parc hôtelier de la Région-capitale.

> Horeca Bruxelles réclame des mesures pour soutenir les établissements du centre-ville

Si le pourcentage de progression par rapport au 31 décembre 2017 n’est pas encore connu, la BHA souligne que tout le mois de décembre affiche également une belle croissance de 2,4 %, principalement marquée les week-ends.

Avec un taux d’occupation de 69,1 % sur les 31 jours du mois dernier, les quelque 15.000 chambres affiliées à l’organisme ont attiré de nombreux clients surtout grâce aux Plaisirs d’Hiver, souligne l’association. L’événement était organisé dans le centre-ville du 30 novembre 2018 au 6 janvier 2019.

« Cela confirme l’efficacité des campagnes de promotions régionales et nationales ainsi que l’attractivité des Plaisirs d’Hiver », souligne Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de la BHA.

En 2017, la Région de Bruxelles-capitale comptait 177 hôtels, soit plus de 17.000 chambres pour une capacité de 35.246 lits.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite