Liga: le Real Madrid face à l’ambitieux Bétis Seville dans la course à l’Europe

©Photonews
©Photonews

Alors que la phase aller du Championnat d’Espagne s’achève, certaines situations paraissent déjà délicates avant la 19e journée : le Rayo Vallecano, relégable, doit battre le Celta Vigo vendredi (21h00), et le Real Madrid, distancé dans la course à l’Europe, affronte l’ambitieux Betis Séville dimanche.

Au stade de Vallecas, le Rayo (19e, 16 pts) compte poursuivre sa bonne série en enchaînant une troisième victoire de rang en Liga qui lui permettrait de revenir à hauteur de l’Athletic Bilbao, premier non-relégable (17e, 19 pts).

Le cas du promu Huesca (20e, 11 pts) semble en revanche désespéré, même si le modeste club aragonais a décroché le week-end dernier la première victoire de son histoire à domicile dans l’élite en battant le Betis 2-1.

Prétendants à l’Europe, les « Beticos » (6e, 26 pts) doivent se rattraper dimanche face au Real Madrid (5e, 30 pts), qu’ils talonnent au classement : la « Maison blanche » n’a gagné aucun de ses deux matches de Liga disputés en 2019.

L’équipe entraînée par Santiago Solari souffre d’un problème de finition persistant. Elle n’a inscrit que 26 buts cette saison en Liga, alors que les attaquants barcelonais Lionel Messi (16 buts) et Luis Suarez (12) comptent un total de 28 buts à eux deux !

Le sursaut, esquissé mercredi en Coupe du Roi contre Leganés (3-0), doit se poursuivre pour le Real sous peine d’achever la phase aller hors des quatre premières places donnant accès à la Ligue des champions. Elles sont pour l’heure occupées par le FC Barcelone (1er, 40 pts), l’Atlético Madrid (2e, 35 pts), Séville (3e, 33 pts) et l’étonnant Alavés (4e, 31 pts).

Parmi les autres affiches du week-end, le Barça reçoit Eibar dimanche, après un match Atlético-Levante à la mi-journée. Et le Séville FC va mettre à l’épreuve le récent sursaut de l’Athletic Bilbao dans la « cathédrale » de San Mamés.

Programme de la 19e journée de Liga :

Vendredi :

(21h00) Rayo Vallecano – Celta Vigo

Samedi :

(13h00) Leganés – Huesca

(16h15) Valence – Valladolid

(18h30) Gérone – Alavés

(20h45) Villarreal – Getafe

Dimanche :

(12h00) Atlético Madrid – Levante

(16h15) Athletic Bilbao – Séville FC

(18h30) FC Barcelone – Eibar

(20h45) Betis Séville – Real Madrid

Lundi :

(21h00) Real Sociedad – Espanyol Barcelone

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite