Liga: le Real Madrid face à l’ambitieux Bétis Seville dans la course à l’Europe

©Photonews
©Photonews

Alors que la phase aller du Championnat d’Espagne s’achève, certaines situations paraissent déjà délicates avant la 19e journée : le Rayo Vallecano, relégable, doit battre le Celta Vigo vendredi (21h00), et le Real Madrid, distancé dans la course à l’Europe, affronte l’ambitieux Betis Séville dimanche.

Au stade de Vallecas, le Rayo (19e, 16 pts) compte poursuivre sa bonne série en enchaînant une troisième victoire de rang en Liga qui lui permettrait de revenir à hauteur de l’Athletic Bilbao, premier non-relégable (17e, 19 pts).

Le cas du promu Huesca (20e, 11 pts) semble en revanche désespéré, même si le modeste club aragonais a décroché le week-end dernier la première victoire de son histoire à domicile dans l’élite en battant le Betis 2-1.

Prétendants à l’Europe, les « Beticos » (6e, 26 pts) doivent se rattraper dimanche face au Real Madrid (5e, 30 pts), qu’ils talonnent au classement : la « Maison blanche » n’a gagné aucun de ses deux matches de Liga disputés en 2019.

L’équipe entraînée par Santiago Solari souffre d’un problème de finition persistant. Elle n’a inscrit que 26 buts cette saison en Liga, alors que les attaquants barcelonais Lionel Messi (16 buts) et Luis Suarez (12) comptent un total de 28 buts à eux deux !

Le sursaut, esquissé mercredi en Coupe du Roi contre Leganés (3-0), doit se poursuivre pour le Real sous peine d’achever la phase aller hors des quatre premières places donnant accès à la Ligue des champions. Elles sont pour l’heure occupées par le FC Barcelone (1er, 40 pts), l’Atlético Madrid (2e, 35 pts), Séville (3e, 33 pts) et l’étonnant Alavés (4e, 31 pts).

Parmi les autres affiches du week-end, le Barça reçoit Eibar dimanche, après un match Atlético-Levante à la mi-journée. Et le Séville FC va mettre à l’épreuve le récent sursaut de l’Athletic Bilbao dans la « cathédrale » de San Mamés.

Programme de la 19e journée de Liga :

Vendredi :

(21h00) Rayo Vallecano – Celta Vigo

Samedi :

(13h00) Leganés – Huesca

(16h15) Valence – Valladolid

(18h30) Gérone – Alavés

(20h45) Villarreal – Getafe

Dimanche :

(12h00) Atlético Madrid – Levante

(16h15) Athletic Bilbao – Séville FC

(18h30) FC Barcelone – Eibar

(20h45) Betis Séville – Real Madrid

Lundi :

(21h00) Real Sociedad – Espanyol Barcelone

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite