«Girl» et «Tueurs» dominent les nominations aux Magritte

Le casting de Girl
: de gauche à droite, Arieh Worthalter, le réalisateur Lukas Dhont et l’acteur Victor Polster
Le casting de Girl : de gauche à droite, Arieh Worthalter, le réalisateur Lukas Dhont et l’acteur Victor Polster - Belga

Magritte clap, neuvième ! Après le triomphe de Insyriated de Philippe Van Leeuw l’an dernier, les récompenses du cinéma belge ont révélé leurs nominés 2019 ce vendredi. En tête de la course, Girl, le film coup de poing de Lukas Dhont qui, après sa caméra d’or à Cannes a notamment été nominé aux Golden Globes, mais aussi Tueurs, le premier film de François Troukens et Jean-François Hensgens inspiré par l’histoire des tueurs du Brabant.

Parmi les favoris aussi, Laissez bronzer les cadavres d’Hélène Cattet et Bruno Forzani, Nos batailles de Guillaume Senez et Une part d’ombre de Samuel Tilman.

La cérémonie se tiendra le 2 février au Square à Bruxelles, sera diffusée en direct sur La Deux et à suivre en direct sur lesoir.be. C’est Alex Vizorek qui sera le maître de cérémonie. Nouveauté cette année, l’ouverture de l’Académie André Delvaux au public. Cent cinéphiles, sélectionnés sur base volontaire, voteront ainsi avec les 850 professionnels de l’Académie lors du second tour qui désignera les vainqueurs de cette neuvième édition.

Meilleur film

Bitter flowers d’Olivier Meys

Laissez bronzer les cadavres d’Hélène Cattet et Bruno Forzani

Mon ket de François Damiens

Nos batailles de Guillaume Senez

Tueurs de François Troukens et Jean-François Hensgens

Meilleur premier film

Bitter flowers d’Olivier Meys

La part sauvage de Guérin Van de Vorst

Tueurs de François Troukens et Jean-François Hensgens

Une part d’ombre de Samuel Tilman

(Cette année, la catégorie « Meilleur premier film » comprend quatre nominés dû à des ex aequo.)

Meilleure réalisation

Bitter flowersd’Olivier Meys

Laissez bronzer les cadavres d’Hélène Cattet et Bruno Forzani

Nos batailles de Guillaume Senez

Tueurs de François Troukens et Jean-François Hensgens

Meilleur film flamand

Girl de Lukas Dhont

Ne tirez pas(Niet schieten) de Stijn Coninx

Patser d’Adil El Arbi et Bilall Fallah

Un ange de Koen Mortier

Le meilleur film étranger en coproduction

La mort de Staline d’Armando Iannucci

L’homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam

Nico, 1988de Susanna Nicchiarelli

The happy Prince de Ruppert Everett

Meilleur scénario original ou adaptation

Bitter flowers   : Maarten Loix, Olivier Meys

Bye bye Germany   : Sam Garbarski

Girl  : Lukas Dhont, Angelo Tijssens

Nos batailles   : Guillaume Senez

Meilleure actrice

I feel good  : Yolande Moreau (rôle : Monique Pora)

Mademoiselle de Joncquière   : Cécile de France (rôle : Madame de La Pommeraye)

Tueurs  : Lubna Azabal (rôle : Lucie Tesla)

Une part d’ombre   : Natacha Régnier (rôle : Julie)

Meilleur acteur

Au poste!  : Benoit Poelvoorde (rôle : Buron)

Girl  : Victor Polster (rôle : Lara)

Mon ket   : François Damiens (rôle : Danny Versavel)

Tueurs  : Olivier Gourmet (rôle : Frank Valken)

Meilleure actrice dans un second rôle

Bye bye Germany   : Tania Garbarski (rôle : Frau Sonia)

La part sauvage   : Salomé Richard (rôle : Lucie)

Nos batailles   : Lucie Debay (rôle : Laura)

Une part d’ombre   : Erika Sainte (rôle : Maud)

Meilleur acteur dans un second rôle

Girl  : Arieh Worthalter (rôle : Mathias)

Laissez bronzer les cadavres  : Pierre Nisse(rôle : Le jeune)

Tueurs  : Bouli Lanners (rôle : Dany Bouvy)

Une part d’ombre   : Yoann Blanc (rôle : Fabian)

Meilleur espoir féminin

C’est tout pour moi   : Nawell Madani (rôle : Lila)

Les garçons sauvages   : Anaël Snoek (rôle : Tanguy)

Nos batailles   : Lena Girard Voss (rôle : Rose)

Tueurs  : Bérénice Baoo (rôle : Nora)

Une part d’ombre   : Myriem Akheddiou (rôle : Cathy)

(Cette année, la catégorie « Meilleur espoir féminin » comprend 5 nominées dû à des ex-aequo.)

Meilleur espoir masculin

L’échange des princesses   : Thomas Mustin (rôle : Duc de Condé)

Mon ket   : Matteo Salamone (rôle : Sullivan)

Nos batailles   : Basile Grunberger (rôle : Elliott)

Une part d’ombre   : Baptiste Lalieu (rôle : Noël)

Meilleure image

Girl  : Frank van den Eeden

Laissez bronzer les cadavres   : Manu Dacosse

Tueurs  : Jean-François Hensgens

Meilleur son

Girl  : Yanna Soentjens

Laissez bronzer les cadavres   : Yves Bemelmans, Benoît Biral, Dan Bruylandt, Olivier Thys

Tueurs  : Marc Engels, Thomas Gauder, Ingrid Simon

Meilleurs décors

Bye bye Germany   : Véronique Sacrez

Girl  : Philippe Bertin

Laissez bronzer les cadavres   : Alina Santos

Meilleurs costumes

Bye bye Germany   : Nathalie Leborgne

Girl  : Catherine Van Bree

Laissez bronzer les cadavres   : Jackye Fauconnier

Meilleure musique originale

Au temps où les Arabes dansaient  : Simon Fransquet

La part sauvage   : Manuel Roland, Maarten Van Cauwenberghe

Une part d’ombre   : Vincent Liben

Meilleur montage

Girl  : Alain Dessauvage

Laissez bronzer les cadavres   : Bernard Beets

Nos batailles   : Julie Brenta

Meilleur court métrage de fiction

Calamity de Séverine de Streyker et Maxime Feyers

D’un château l’autre d’Emmanuel Marre

Icare de Nicolas Boucart

Une soeur de Delphine Girard

Meilleur court métrage d’animation

La bague au doigt de Gerlando Infuso

Le quatuor à cornes d’Arnaud Demuynck et Benjamin Botella

Not today de Marine Jacob

Simbiosis carnal de Rocío Álvarez

Meilleur documentaire

Des cowboys et des Indiens, le cinéma de Patar et Aubier de Fabrice du Welz

La grand-messe de Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier

Manu d’Emmanuelle Bonmariag

Mitra de Jorge León

Ni juge ni soumise de Jean Libon et Yves Hinant

(Cette année, la catégorie « Meilleur documentaire » comprend 5 nominés dû à des ex-aequo.)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite