Elections au Congo: Human Rights Watch donne Martin Fayulu vainqueur par 47% des voix

©AFP
©AFP

Le directeur exécutif de l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, a présenté des résultats de l’élection présidentielle du 30 décembre dernier en République démocratique du Congo (RDC) bien différents de ceux de la Commission électorale et qui donnent la victoire à l’opposant Martin Fayulu Madidi par 47 % des voix – et non pas à Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo – en citant dans un second temps les chiffres d’un « important groupe de recherche » et non plus l’église catholique.

«  A quoi ressemble la manipulation pour l’élection présidentielle au Congo ?  », indique-t-il sur Twitter, évoquant le comptage « concocté par le président Joseph Kabila ».

M. Roth avait d’abord fait référence au comptage indépendant organisé par l’église catholique avant de corriger son tweet pour citer un «  important groupe de recherche » qu’il n’a pas autrement nommé.

Ce qui lui a valu une avalanche de critiques : un internaute, Christoph Vogel, précisant qu’il s’agissait d’un sondage pré-électoral et d’autres l’accusant d’être un agent d’influence et de décrédibiliser son organisation.

Il est important de rappeler que la Cenco, qui affirme avoir déployé 40.000 observateurs au scrutin du 30 décembre, n’a pas donné le nom du candidat qu’elle estime vainqueur, ne donnant pas encore de chiffres concrets.

47 % à Fayulu, 24 % à Tshisekedi

Selon M. Roth, ce « comptage indépendant » donne 47 % des suffrages à M. Fayulu, le candidat de la coalition d’opposition Lamuka, 24 % à M. Tshisekedi, le président du parti historique d’opposition UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès social), et 19 % à l’ex-ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary (dit ERS), le candidat du président sortant Joseph Kabila.

► Les résultats « ne correspondent pas » aux données collectées par l’Église

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a pour sa part déclaré jeudi M. Tshisekedi vainqueur avec 38,57 % des voix, devant l’autre tête de l’opposition divisée, Martin Fayulu, avec 34,8 % et 24 % à M. Ramazani Shadary.

Les résultats « ne correspondent pas »

Selon la Cenco, les résultats provisoires de l’élection proclamant M. Tshisekedi vainqueur « ne correspondent pas » aux données collectées par les observateurs de l’Église catholique.

«  Nous constatons que les résultats de l’élection présidentielle tels que publiés par la Céni (la commission électorale indépendante) ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement », a déclaré jeudi le porte-parole de l’épiscopat congolais, l’abbé Donatien Nshole, lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite