RTS1BWUZ
Capture d’écran 2021-02-24 172547
d-20210121-GKXF9J 2021-01-21 21_06_04
RTX82QHK
RTR3P57O
Depuis plusieurs années, les chiffres et les constats du (cyber-)harcèlementsont sont sans appel : nul n’est épargné, mais des enfants, des adolescents et des femmes en sont davantage victimes.
Pour le Collège des directeurs de la Fédération de l’Enseignement Catholique, le problème de «report» de la vaccination des enseignants accentue le mépris de leur fonction.
RTS1YG9K
P1050864 (002)
RTX9DIHV
Image d’illustration
RTX8R9X5
RTX7Z00G
RTX9AYSF
RTX86TF5
RTX8Q84M
Le choix de la rédaction
  1. Une expo prolongée encore quelques jours, jusqu’à ce dimanche 18avril.

    Baptême de l’art : en train avec Bob et Bobette

  2. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  3. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite