Elections en RDC: la commission électorale demande à l’ONU de soutenir les nouvelles autorités élues

©AFP
©AFP

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa, a exhorté vendredi le Conseil de sécurité de l’ONU à soutenir les nouvelles autorités élues en République démocratique du Congo, mettant en garde contre une annulation du scrutin.

«  Nous avons aujourd’hui un président élu » et les nouvelles autorités «  doivent être soutenues par la communauté internationale », a-t-il déclaré lors d’une liaison vidéo avec le Conseil de sécurité.

M. Nangaa a aussi estimé que la contestation du résultat par l’Eglise catholique dans le pays n’était pas une surprise car elle l’avait déjà fait dans le passé.

►Martin Fayulu revendique la victoire et compte déposer un recours à la Cour constitutionnelle

Annuler l’élection ?

«  Pour les contentieux, il n’y a que deux options », a poursuivi le responsable congolais. « Soit confirmer les résultats de la Céni, soit annuler l’élection. Annuler l’élection voudrait dire que les institutions en place se poursuivraient », a-t-il souligné, évoquant implicitement le pouvoir du président sortant Joseph Kabila depuis 2001.

Invalid Scald ID.

«  Parler du résultat, c’est un exploit », avait auparavant dit M. Nangaa, parlant d’un « effort surhumain » pour organiser ces élections au vu de la «  méfiance totale » régnant en RDC.

L’opposant Félix Tshisekedi a été déclaré par la Céni vainqueur de la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, un résultat mis en doute par l’Occident et l’Eglise catholique, très influente dans le pays.

Un autre opposant congolais, Martin Fayulu, convaincu d’avoir gagné, a annoncé qu’il allait saisir samedi la Cour constitutionnelle afin d’exiger le «  recomptage des voix ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite