Brexit: «Laissez-moi faire!», dit Juncker

Jean-Claude Juncker, vendredi à Bucarest
: une déclaration intrigante...
Jean-Claude Juncker, vendredi à Bucarest : une déclaration intrigante... - EPA.

Depuis Bucarest,

Les rumeurs circulent concernant une « lettre » de réassurances sur le « filet de sécurité irlandais », que Theresa May tente d’obtenir de l’UE afin de convaincre son Parlement d’adopter l’accord sur le Brexit lors d’un vote crucial mardi prochain. Interrogé à ce sujet à Bucarest, le président de la Commission a confirmé que « nous sommes en train de voir avec Downing Street ce que pourraient être ces clarifications », sachant que les 27 répètent depuis qu’ils ont adopté cet accord qu’il peut y avoir des « clarifications, mais pas de renégociation ». « Mais je ne crois pas qu’il soit sage que je m’explique sur les détails de ces discussions en cours. Laissez-moi faire ! », a lancé catégoriquement et non moins mystérieusement le président de la Commission.

Dès après ces propos à Bucarest, des sources diplomatiques confirmaient qu’on recherchait bien « une clarification politique sur le ‘backstop’ irlandais dans les limites restreintes du mandat existant des 27 ». Une « idée maligne », en quelque sorte, qui lèverait les réticences des parlementaires conservateurs opposés à ce filet de sécurité dont ils craignent qu’il retiendra indéfiniment le Royaume-Uni. Mais une source proche du dossier confiait auSoir « ne pas encore avoir trouvé cette idée maligne »…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous