Les Français, premiers touristes à se loger à Bruxelles

© Belga
© Belga

Près de 8,5 millions de nuitées (tout type de logements confondus) ont été enregistrées à Bruxelles au cours de l’année 2018, selon le bilan communiqué vendredi par l’ASBL visit.brussels, qui assure la promotion de la Région bruxelloise auprès des touristes et des organisateurs d’événements et de congrès. Le secteur des loisirs atteint, pour la première fois, le même niveau que le secteur professionnel, un record pour un secteur longtemps porté par un tourisme d’affaire.

► Dix lieux secrets à Bruxelles

Les nuitées ont augmenté de 8,7 % par rapport à 2017 (tout type de logements confondus). Sur l’ensemble des villes européennes, Bruxelles connaît l’une des croissances du taux de fréquentation hôtelier les plus importantes, signe que le désamour pour la capitale lié à la peur des attentats est oublié, selon Rudi Vervoort, ministre-président de la Région bruxelloise. « Suite aux attentats, nous avons immédiatement mis en place les mesures nécessaires pour assurer la relance du tourisme en lançant des campagnes ciblées. »

Mode des « city trips »

Le seul secteur hôtelier affiche pour 2018 un taux d’occupation moyen de 74,6 % en 2018, soit 5,5 % de plus qu’en 2017. Les taux d’occupation proches des 90 % pendant les mois de septembre, octobre et novembre s’expliquent d’abord par l’activité intensive sur cette période du secteur professionnel, mais aussi par le goût pour des « city trips » pour le tourisme de loisirs. Par ailleurs, des pics de fréquentation sont enregistrés lors d’événements à portée internationale tels que le salon Seafood, les sommets européens ou de l’OTAN.

Le secteur des loisirs connaît une croissance notable des nuitées de 23 % par rapport à l’année précédente. Le taux d’occupation des hôtels les jours de week-end a d’ailleurs crû légèrement plus vite (+6,6 %) que les jours de semaine (+4,4 %).

► Dix bars insolites à visiter à Bruxelles

Pour la cinquième année consécutive, Bruxelles est la première destination européenne en matière de congrès associatifs internationaux et la deuxième au classement mondial, selon le rapport pour 2018 de l’Union des Associations internationales (UIA).

Bruxelles aimée par les Français

Les Français sont les premiers à se rendre à Bruxelles (10,7 % des nuitées). Ils sont suivis par les Espagnols (7,3 %), les Anglais (6,8 %), les Américains (6,7 %) et les Allemands (6,6 %). Ces chiffres sont en augmentation de plus ou moins 10 % par rapport à 2017, avec une percée à +17 % pour les Américains. Du côté des touristes asiatiques, la progression est de 15 % pour les Chinois et va jusqu’à +21 % pour l’Inde et +28 % pour les Japonais. Ces trois pays asiatiques représentent ensemble 4,45 % des nuitées en 2018.

Sur la période s’étendant de janvier à octobre 2018, les attractions et musées bruxellois enregistrent une hausse de leur fréquentation de 4 %. Les attractions liées à l’Europe (Maison de l’Histoire européenne, Parlementarium, Mini-Europe) engendrent les croissances les plus élevées.

Environ 88 % des visiteurs recommanderaient la destination à leurs proches, après leur passage dans la capitale, selon une enquête de satisfaction menée par visit.brussels auprès de 400 personnes, entre autres au niveau de ses bureaux d’accueil et d’information. Ils sont particulièrement positifs concernant l’accueil des habitants.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Le combat fait rage entre  partisans et opposants au  métro, annonce d’un marqueur dans la campagne électorale.

    Extension du métro à Bruxelles: seul contre tous, Ecolo doute du projet

  3. En 2018 chaque belge a « consommé » 11 litres d’huile de soja sous la forme  de diesel.

    Les réservoirs belges toujours plus gourmands en huile de soja

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite