Les Français, premiers touristes à se loger à Bruxelles

© Belga
© Belga

Près de 8,5 millions de nuitées (tout type de logements confondus) ont été enregistrées à Bruxelles au cours de l’année 2018, selon le bilan communiqué vendredi par l’ASBL visit.brussels, qui assure la promotion de la Région bruxelloise auprès des touristes et des organisateurs d’événements et de congrès. Le secteur des loisirs atteint, pour la première fois, le même niveau que le secteur professionnel, un record pour un secteur longtemps porté par un tourisme d’affaire.

► Dix lieux secrets à Bruxelles

Les nuitées ont augmenté de 8,7 % par rapport à 2017 (tout type de logements confondus). Sur l’ensemble des villes européennes, Bruxelles connaît l’une des croissances du taux de fréquentation hôtelier les plus importantes, signe que le désamour pour la capitale lié à la peur des attentats est oublié, selon Rudi Vervoort, ministre-président de la Région bruxelloise. « Suite aux attentats, nous avons immédiatement mis en place les mesures nécessaires pour assurer la relance du tourisme en lançant des campagnes ciblées. »

Mode des « city trips »

Le seul secteur hôtelier affiche pour 2018 un taux d’occupation moyen de 74,6 % en 2018, soit 5,5 % de plus qu’en 2017. Les taux d’occupation proches des 90 % pendant les mois de septembre, octobre et novembre s’expliquent d’abord par l’activité intensive sur cette période du secteur professionnel, mais aussi par le goût pour des « city trips » pour le tourisme de loisirs. Par ailleurs, des pics de fréquentation sont enregistrés lors d’événements à portée internationale tels que le salon Seafood, les sommets européens ou de l’OTAN.

Le secteur des loisirs connaît une croissance notable des nuitées de 23 % par rapport à l’année précédente. Le taux d’occupation des hôtels les jours de week-end a d’ailleurs crû légèrement plus vite (+6,6 %) que les jours de semaine (+4,4 %).

► Dix bars insolites à visiter à Bruxelles

Pour la cinquième année consécutive, Bruxelles est la première destination européenne en matière de congrès associatifs internationaux et la deuxième au classement mondial, selon le rapport pour 2018 de l’Union des Associations internationales (UIA).

Bruxelles aimée par les Français

Les Français sont les premiers à se rendre à Bruxelles (10,7 % des nuitées). Ils sont suivis par les Espagnols (7,3 %), les Anglais (6,8 %), les Américains (6,7 %) et les Allemands (6,6 %). Ces chiffres sont en augmentation de plus ou moins 10 % par rapport à 2017, avec une percée à +17 % pour les Américains. Du côté des touristes asiatiques, la progression est de 15 % pour les Chinois et va jusqu’à +21 % pour l’Inde et +28 % pour les Japonais. Ces trois pays asiatiques représentent ensemble 4,45 % des nuitées en 2018.

Sur la période s’étendant de janvier à octobre 2018, les attractions et musées bruxellois enregistrent une hausse de leur fréquentation de 4 %. Les attractions liées à l’Europe (Maison de l’Histoire européenne, Parlementarium, Mini-Europe) engendrent les croissances les plus élevées.

Environ 88 % des visiteurs recommanderaient la destination à leurs proches, après leur passage dans la capitale, selon une enquête de satisfaction menée par visit.brussels auprès de 400 personnes, entre autres au niveau de ses bureaux d’accueil et d’information. Ils sont particulièrement positifs concernant l’accueil des habitants.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite