Les Français, premiers touristes à se loger à Bruxelles

© Belga
© Belga

Près de 8,5 millions de nuitées (tout type de logements confondus) ont été enregistrées à Bruxelles au cours de l’année 2018, selon le bilan communiqué vendredi par l’ASBL visit.brussels, qui assure la promotion de la Région bruxelloise auprès des touristes et des organisateurs d’événements et de congrès. Le secteur des loisirs atteint, pour la première fois, le même niveau que le secteur professionnel, un record pour un secteur longtemps porté par un tourisme d’affaire.

► Dix lieux secrets à Bruxelles

Les nuitées ont augmenté de 8,7 % par rapport à 2017 (tout type de logements confondus). Sur l’ensemble des villes européennes, Bruxelles connaît l’une des croissances du taux de fréquentation hôtelier les plus importantes, signe que le désamour pour la capitale lié à la peur des attentats est oublié, selon Rudi Vervoort, ministre-président de la Région bruxelloise. « Suite aux attentats, nous avons immédiatement mis en place les mesures nécessaires pour assurer la relance du tourisme en lançant des campagnes ciblées. »

Mode des « city trips »

Le seul secteur hôtelier affiche pour 2018 un taux d’occupation moyen de 74,6 % en 2018, soit 5,5 % de plus qu’en 2017. Les taux d’occupation proches des 90 % pendant les mois de septembre, octobre et novembre s’expliquent d’abord par l’activité intensive sur cette période du secteur professionnel, mais aussi par le goût pour des « city trips » pour le tourisme de loisirs. Par ailleurs, des pics de fréquentation sont enregistrés lors d’événements à portée internationale tels que le salon Seafood, les sommets européens ou de l’OTAN.

Le secteur des loisirs connaît une croissance notable des nuitées de 23 % par rapport à l’année précédente. Le taux d’occupation des hôtels les jours de week-end a d’ailleurs crû légèrement plus vite (+6,6 %) que les jours de semaine (+4,4 %).

► Dix bars insolites à visiter à Bruxelles

Pour la cinquième année consécutive, Bruxelles est la première destination européenne en matière de congrès associatifs internationaux et la deuxième au classement mondial, selon le rapport pour 2018 de l’Union des Associations internationales (UIA).

Bruxelles aimée par les Français

Les Français sont les premiers à se rendre à Bruxelles (10,7 % des nuitées). Ils sont suivis par les Espagnols (7,3 %), les Anglais (6,8 %), les Américains (6,7 %) et les Allemands (6,6 %). Ces chiffres sont en augmentation de plus ou moins 10 % par rapport à 2017, avec une percée à +17 % pour les Américains. Du côté des touristes asiatiques, la progression est de 15 % pour les Chinois et va jusqu’à +21 % pour l’Inde et +28 % pour les Japonais. Ces trois pays asiatiques représentent ensemble 4,45 % des nuitées en 2018.

Sur la période s’étendant de janvier à octobre 2018, les attractions et musées bruxellois enregistrent une hausse de leur fréquentation de 4 %. Les attractions liées à l’Europe (Maison de l’Histoire européenne, Parlementarium, Mini-Europe) engendrent les croissances les plus élevées.

Environ 88 % des visiteurs recommanderaient la destination à leurs proches, après leur passage dans la capitale, selon une enquête de satisfaction menée par visit.brussels auprès de 400 personnes, entre autres au niveau de ses bureaux d’accueil et d’information. Ils sont particulièrement positifs concernant l’accueil des habitants.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite