Heurts lors du Nouvel An à Molenbeek: au moins cinq fauteurs de troubles identifiés

© Belga
© Belga

Au moins cinq individus liés aux épisodes violents commis dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean lors de la nuit du Nouvel An ont été identifiés, selon une information obtenue à bonne source par VTM. Johan Berckmans, le porte-parole de la zone de Bruxelles-Ouest, confirme vendredi soir que des identifications ont pu être effectuées sur base de l’analyse des images de surveillance, mais explique qu’il ne peut pas les chiffrer pour l’instant. L’enquête est toujours en cours.

Une vingtaine d’arrestations administratives et deux judiciaires

Les procès-verbaux n’ont pas encore été rédigés, précise encore ce porte-parole de la zone de police. Il n’y a pas eu de nouvelles arrestations. Le porte-parole du parquet de Bruxelles ajoute qu’aucune information ne lui est encore parvenue.

Deux arrestations judiciaires ont été effectuées au moment des faits. L’une des deux personnes fait l’objet d’une comparution directe devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. L’individu est convoqué le 1er février prochain au tribunal correctionnel de Bruxelles, pour outrage, menaces et rébellion. La seconde, déférée devant le juge d’instruction, a été inculpée pour outrage, menaces et rébellion mais libérée sous conditions.

La police avait dû intervenir dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, principalement aux alentours de la station de métro Étangs Noirs, face à des jeunes ayant bouté le feu à des déchets et à une voiture. Des individus avaient aussi brisé les vitres de trois commerces et pillé une pharmacie.

La police et les pompiers dépêchés sur les lieux des incidents avaient été victimes de jets de pierres, qui ont endommagé quatre véhicules de police et deux véhicules des pompiers. Sur la même commune, trois voitures ont été détruites par les flammes dans la même nuit, dans la rue de Ribaucourt. Deux façades d’habitation ont subi des dégradations.

Ces incidents ont donné lieu à une vingtaine d’arrestations administratives et deux arrestations judiciaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite