Heurts lors du Nouvel An à Molenbeek: au moins cinq fauteurs de troubles identifiés

© Belga
© Belga

Au moins cinq individus liés aux épisodes violents commis dans la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean lors de la nuit du Nouvel An ont été identifiés, selon une information obtenue à bonne source par VTM. Johan Berckmans, le porte-parole de la zone de Bruxelles-Ouest, confirme vendredi soir que des identifications ont pu être effectuées sur base de l’analyse des images de surveillance, mais explique qu’il ne peut pas les chiffrer pour l’instant. L’enquête est toujours en cours.

Une vingtaine d’arrestations administratives et deux judiciaires

Les procès-verbaux n’ont pas encore été rédigés, précise encore ce porte-parole de la zone de police. Il n’y a pas eu de nouvelles arrestations. Le porte-parole du parquet de Bruxelles ajoute qu’aucune information ne lui est encore parvenue.

Deux arrestations judiciaires ont été effectuées au moment des faits. L’une des deux personnes fait l’objet d’une comparution directe devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. L’individu est convoqué le 1er février prochain au tribunal correctionnel de Bruxelles, pour outrage, menaces et rébellion. La seconde, déférée devant le juge d’instruction, a été inculpée pour outrage, menaces et rébellion mais libérée sous conditions.

La police avait dû intervenir dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, principalement aux alentours de la station de métro Étangs Noirs, face à des jeunes ayant bouté le feu à des déchets et à une voiture. Des individus avaient aussi brisé les vitres de trois commerces et pillé une pharmacie.

La police et les pompiers dépêchés sur les lieux des incidents avaient été victimes de jets de pierres, qui ont endommagé quatre véhicules de police et deux véhicules des pompiers. Sur la même commune, trois voitures ont été détruites par les flammes dans la même nuit, dans la rue de Ribaucourt. Deux façades d’habitation ont subi des dégradations.

Ces incidents ont donné lieu à une vingtaine d’arrestations administratives et deux arrestations judiciaires.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Le combat fait rage entre  partisans et opposants au  métro, annonce d’un marqueur dans la campagne électorale.

    Extension du métro à Bruxelles: seul contre tous, Ecolo doute du projet

  3. En 2018 chaque belge a « consommé » 11 litres d’huile de soja sous la forme  de diesel.

    Les réservoirs belges toujours plus gourmands en huile de soja

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite