Paul Magnette: «Proximus est géré par un management incompétent»

Paul Magnette © Le Soir/Roger Milutin
Paul Magnette © Le Soir/Roger Milutin

Le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette a laissé éclater sa colère, dans une interview accordée au journal L’Echo, à l’égard de la direction de Proximus. Celui qui est également porte-parole du PS en vue des prochaines élections fustige l’incompétence, selon lui, d’un management qui semble ne pas avoir vu venir la vague de la digitalisation.

L’administratrice déléguée de l’opérateur de télécoms, Dominique Leroy, a annoncé jeudi un « plan de transformation » à trois ans passant par une suppression de 1.900 emplois et l’engagement, en parallèle, de 1.250 personnes. Proximus a notamment justifié ce plan par une demande croissante de ses clients pour de nouveaux services digitaux et de nouveaux types de connectivité, comme l’internet des objets.

« L’excuse de la digitalisation est beaucoup trop facile », estime pour sa part Paul Pagnette, qui avoue être «  dans une colère noire ». « ING nous l’a déjà sortie dans le secteur bancaire. Je vais vous dire : c’est une excuse qui vise à couvrir un échec du management. Ces gens sont payés quasiment un million d’euros par an et ils ont été incapables d’anticiper l’évolution technologique ? »

Dominique Leroy clairement pointée du doigt

« Un manager qui dit : ’Il y a une évolution technologique mais je ne l’ai pas vue venir, je suis obligé de virer 2.000 personnes’, la première chose à faire c’est de le virer lui-même et de mettre quelqu’un de capable à sa place », poursuit le socialiste. «  Comment ose-t-on essayer de faire croire qu’on n’a pas vu venir la digitalisation ? Ils n’ont pas de département des ressources humaines chez Proximus ? Ils n’étaient pas capables d’engager au fur et à mesure des départs des gens avec des profils plus adaptés ? C’est hallucinant et pour moi, ça pose la question de l’incompétence de Dominique Leroy et de son management. Cette boîte est gérée par un management incompétent. Vous voyez beaucoup d’autres entreprises de télécom dire qu’ils n’ont pas vu venir la digitalisation ? Mais enfin ! On ne parle que de ça depuis 10 ans. »

Réformer la loi

L’ancien ministre en charge des entreprises publiques juge par ailleurs que la loi qui gère ce type d’entreprises, vieille de 25 ans, doit être réformée, afin de donner plus de pouvoir et de capacité de contrôle à l’autorité publique. «  La responsabilité est publique mais le pouvoir de contrôle de la part du public est quasi nul. Il est anormal et inacceptable que l’autorité publique n’ait pas été informée de la réflexion en cours chez Proximus avant d’en arriver à un scénario catastrophe comme celui que l’on vit », affirme encore Paul Magnette.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite