Paul Magnette: «Proximus est géré par un management incompétent»

Paul Magnette © Le Soir/Roger Milutin
Paul Magnette © Le Soir/Roger Milutin

Le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette a laissé éclater sa colère, dans une interview accordée au journal L’Echo, à l’égard de la direction de Proximus. Celui qui est également porte-parole du PS en vue des prochaines élections fustige l’incompétence, selon lui, d’un management qui semble ne pas avoir vu venir la vague de la digitalisation.

L’administratrice déléguée de l’opérateur de télécoms, Dominique Leroy, a annoncé jeudi un « plan de transformation » à trois ans passant par une suppression de 1.900 emplois et l’engagement, en parallèle, de 1.250 personnes. Proximus a notamment justifié ce plan par une demande croissante de ses clients pour de nouveaux services digitaux et de nouveaux types de connectivité, comme l’internet des objets.

« L’excuse de la digitalisation est beaucoup trop facile », estime pour sa part Paul Pagnette, qui avoue être «  dans une colère noire ». « ING nous l’a déjà sortie dans le secteur bancaire. Je vais vous dire : c’est une excuse qui vise à couvrir un échec du management. Ces gens sont payés quasiment un million d’euros par an et ils ont été incapables d’anticiper l’évolution technologique ? »

Dominique Leroy clairement pointée du doigt

« Un manager qui dit : ’Il y a une évolution technologique mais je ne l’ai pas vue venir, je suis obligé de virer 2.000 personnes’, la première chose à faire c’est de le virer lui-même et de mettre quelqu’un de capable à sa place », poursuit le socialiste. «  Comment ose-t-on essayer de faire croire qu’on n’a pas vu venir la digitalisation ? Ils n’ont pas de département des ressources humaines chez Proximus ? Ils n’étaient pas capables d’engager au fur et à mesure des départs des gens avec des profils plus adaptés ? C’est hallucinant et pour moi, ça pose la question de l’incompétence de Dominique Leroy et de son management. Cette boîte est gérée par un management incompétent. Vous voyez beaucoup d’autres entreprises de télécom dire qu’ils n’ont pas vu venir la digitalisation ? Mais enfin ! On ne parle que de ça depuis 10 ans. »

Réformer la loi

L’ancien ministre en charge des entreprises publiques juge par ailleurs que la loi qui gère ce type d’entreprises, vieille de 25 ans, doit être réformée, afin de donner plus de pouvoir et de capacité de contrôle à l’autorité publique. «  La responsabilité est publique mais le pouvoir de contrôle de la part du public est quasi nul. Il est anormal et inacceptable que l’autorité publique n’ait pas été informée de la réflexion en cours chez Proximus avant d’en arriver à un scénario catastrophe comme celui que l’on vit », affirme encore Paul Magnette.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Proximus|Lois et règlements|Paul Magnette|Proximus
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Brexit: «Churchill aurait été meilleur que nous pour gérer tout ça»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite