Ne dites plus «Macédoine» mais «République de Macédoine du Nord»

Le parlement macédonien © AFP
Le parlement macédonien © AFP

Les députés macédoniens ont accepté vendredi de rebaptiser leur pays « République de Macédoine du Nord », un vote historique obtenu à la majorité des deux-tiers qui ouvre la voie à une résolution du litige avec la Grèce.

La balle est désormais dans le camp d’Athènes puisque le changement de nom n’entrera en vigueur qu’une fois que les députés grecs auront à leur tour ratifié l’accord conclu l’été dernier par les Premiers ministres Zoran Zaev et Alexis Tsipras.

La Grèce s’était en échange engagée à lever son veto à l’adhésion de la Macédoine à l’Otan ainsi qu’aux négociations d’adhésion à l’Union européenne du petit pays balkanique de 2,1 millions d’habitants.

« L’Assemblée de la République de Macédoine a accepté et voté la loi constitutionnelle destinée à mettre en oeuvre les amendements constitutionnels » prévoyant le changement de nom, a commenté le président du parlement, Talat Xhaferi.

« Le vote a été obtenu par 81 voix sur 81 présents et aucune contre », a-t-il poursuivi, soit une seule voix de plus que la majorité qualifiée des deux-tiers (80 sur 120 députés).

La plupart des élus de droite boycottent les débats ouverts mercredi, mais plusieurs ont fait défection et voté avec la majorité.

« Sans accord avec la Grèce, il n’y a pas d’Otan ni d’UE », « j’ai changé d’avis sur la question du nom, au péril de ma carrière politique », « nous conservons notre identité », avait dit avant le vote le Premier ministre social-démocrate Zoran Zaev.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Le petit-fils de Churchill sur le Brexit: «Je pense que les Britanniques ont commis une erreur historique»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour se faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite