Une Américaine de 13 ans retrouvée trois mois après le meurtre de ses parents

© Reuters
© Reuters

Après près de trois mois de captivité, une Américaine de 13 ans a réussi à s’échapper et un homme de 21 ans, soupçonné de l’avoir enlevée et d’avoir tué ses parents, a été arrêté dans une zone rurale du nord des États-Unis, a annoncé la police vendredi.

Les enquêteurs pensent que Jake Thomas Patterson avait « planifié » l’enlèvement de Jayme Closs et qu’elle était sa « seule cible », a déclaré lors d’une conférence de presse le shérif de Barron, une petite ville de la région des Grands lacs.

« Nous croyons qu’il n’avait jamais été en contact avec la famille » avant le 15 octobre 2018, a ajouté Chris Fitzgerald.

Les parents abattus

Ce jour-là, James Closs, 56 ans, et sa femme Denise, 46 ans, un couple sans histoire, avaient été abattus dans leur maison de Barron, dont la porte avait été défoncée. Leur fille Jayme avait disparu.

La police et les habitants de l’État du Wisconsin, choqués par ce drame, s’étaient immédiatement lancés à sa recherche, mais leurs efforts étaient restés infructueux. Et l’espoir de la retrouver vivante s’était amenuisé au fil des jours.

Jeudi après-midi, l’adolescente a toutefois réussi à s’enfuir de la maison où elle était captive, située dans une zone boisée près de la bourgade de Gordon, à une centaine de kilomètres au nord de Barron.

« Un fantôme »

Sale, amaigrie, les cheveux emmêlés et chaussée de souliers trop grands, elle a demandé de l’aide à une femme qui promenait son chien. Celle-ci l’a reconnue et l’a emmenée chez des voisins, qui ont alerté la police.

« C’était comme voir un fantôme », a raconté à la presse locale Peter Kasinskas, chez qui elle a attendu une petite demi-heure l’arrivée des autorités.

« On aurait dit qu’elle n’avait pas pu prendre de bain ou se nettoyer », a-t-il ajouté en précisant que l’adolescente « probablement en état de choc » ne s’était pas montrée très bavarde.

Elle leur a tout de même donné le nom de son ravisseur présumé, la couleur et la marque de sa voiture. Elle a assuré qu’elle ne le connaissait pas avant la mort de ses parents. «  Ma femme était au téléphone avec la police, elle leur a donné » ces informations, a précisé M. Kasinskas.

« Un de mes hommes a croisé un véhicule qui correspondait à la description, l’a arrêté et a placé le suspect en détention », a précisé le shérif de la localité, Thomas Dalbec.

Le jeune homme, inconnu des services de police, était apparemment sans emploi.

Les enquêteurs pensent qu’il était allé chez les Closs dans l’intention d’enlever leur fille et l’accusent d’avoir ensuite « pris plusieurs mesures pour éviter d’être repéré ».

Il devrait être inculpé formellement la semaine prochaine.

Retour chez son oncle

Jayme Closs, qui a passé la nuit à l’hôpital, a été entendue vendredi midi par les enquêteurs, qui n’ont pas révélé si elle avait souffert d’abus pendant sa détention.

Elle devrait retrouver sa famille dans l’après-midi. «  Je vais l’embrasser, la serrer fort », a déclaré au journal Star Tribune de Minneapolis son grand-père Robert Naiberg.

« On pensait que ça finirait autrement, alors on est heureux qu’elle soit OK, même si on ne sait pas exactement dans quel état elle se trouve », a ajouté son oncle Jeff Closs sur la radio Kare-TV.

Un instinct de survie « incroyable »

Le double homicide des parents Closs, un couple apparemment paisible qui travaillait dans une société locale d’élevage de volailles, avait plongé dans la perplexité les autorités du Wisconsin.

En l’absence d’arme et de mobile évident, le mystère s’était épaissi avec la disparition durable de l’enfant, malgré des recherches menées jour et nuit et des battues rassemblant des milliers de bénévoles.

Les autorités avaient également offert une récompense de 50.000 dollars pour toute information susceptible d’aider à la localiser.

Ce « dossier était difficile » et c’est finalement «  Jayme qui nous a offert la solution », a noté un responsable du FBI, Justin Tolomeo.

«  L’instinct de survie qui anime cet enfant est incroyable », a ajouté le shérif Fitzgerald.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite