L’année nouvelle sera celle de la «remontada» du PS, prédit Di Rupo

Elio Di Rupo © Belga
Elio Di Rupo © Belga

Le président du PS, Elio Di Rupo, a profité de ses vœux de nouvelle année pour placer son parti en alternative au modèle libéral dont il a dénoncé les conséquences en 4 ans de gouvernement « MR/N-VA ». «  Nous sommes le seul parti de gauche crédible », a-t-il assuré. Et de lancer, à quelques mois des élections : « L’heure est à la reconquête ! Ensemble, faisons de 2019 l’année du succès, l’année de la reconquista, l’année de la remontada ! »

Les propositions des socialistes

Le PS est le « parti des solutions », a-t-il proclamé. Le président des socialistes francophones a énuméré quelques unes des propositions de son parti : retour de la retraite à 65 ans, refinancement de la SNCB, gratuité complète des visites chez le généraliste et le dentistes (coût estimé : 300 millions), réduction de la TVA de 21 à 6 % sur l’électricité et les prothèses, lunettes et appareils auditifs, etc.

« Une seule législature a suffi à la droite pour précariser des pans entiers de la population », a affirmé M. Di Rupo avant de dénoncer « la fracture sociale aussi béante que révoltante ». « La seule manière de briser ce mouvement, c’est de ramener le PS à la table des différents gouvernements », a-t-il ajouté.

« Nous, socialistes… »

Le PS se pose en «  élément stabilisateur et sécurisant » d’une société en plein changement. Il insiste sur la protection sociale « qui n’est pas un luxe » et assure qu’il fera davantage contribuer les plus nantis. « Nous, socialistes, nous ferons exactement le contraire de ce qu’a fait le gouvernement Michel pendant toute la législature. Nous ferons davantage contribuer la minorité d’en haut, les plus fortunés, à l’amélioration du niveau de la grande majorité de la population ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Le combat fait rage entre  partisans et opposants au  métro, annonce d’un marqueur dans la campagne électorale.

    Extension du métro à Bruxelles: seul contre tous, Ecolo doute du projet

  3. En 2018 chaque belge a « consommé » 11 litres d’huile de soja sous la forme  de diesel.

    Les réservoirs belges toujours plus gourmands en huile de soja

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite