Un gilet jaune décède, renversé par un camion à Visé: le chauffeur est en fuite

Photo Facebook
Photo Facebook

Une personne est décédée vendredi en début de soirée lors d’une action des gilets jaunes menée sur l’autoroute E25 à hauteur de Visé, a confirmé la commune liégeoise.

L’accident s’est produit aux environs de 19 heures alors que les manifestants étaient venus sur l’E25 afin de bloquer les camions sur l’autoroute dans le sens Liège-Maastricht, à hauteur de la sortie de Visé. Un camion, immatriculé aux Pays-Bas, a percuté un membre des gilets jaunes. Il s’agirait d’un accident.

La police de la zone Basse-Meuse et la police de la route se sont rendues sur place. La magistrate de garde a dépêché un expert sur place.

Contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps, le chauffeur n’a pas encore été interpellé. Selon les informations de nos confrères de Sudpresse, le chauffeur du camion, sous le choc, a été prié de se rendre et puis de s’arrêter sur le prochain parking d’autoroute où il devait être cueilli par la police des autoroutes. Il devait être auditionné et une analyse toxicologique devait être réalisée afin de déterminer si le conducteur était ou non sous l’influence de l’alcool ou de produits stupéfiants. Devait car, lorsque les policiers se sont rendus sur le fameux parking, le camion n’était pas présent.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite