Un gilet jaune décède, renversé par un camion à Visé: le chauffeur est en fuite

Photo Facebook
Photo Facebook

Une personne est décédée vendredi en début de soirée lors d’une action des gilets jaunes menée sur l’autoroute E25 à hauteur de Visé, a confirmé la commune liégeoise.

L’accident s’est produit aux environs de 19 heures alors que les manifestants étaient venus sur l’E25 afin de bloquer les camions sur l’autoroute dans le sens Liège-Maastricht, à hauteur de la sortie de Visé. Un camion, immatriculé aux Pays-Bas, a percuté un membre des gilets jaunes. Il s’agirait d’un accident.

La police de la zone Basse-Meuse et la police de la route se sont rendues sur place. La magistrate de garde a dépêché un expert sur place.

Contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps, le chauffeur n’a pas encore été interpellé. Selon les informations de nos confrères de Sudpresse, le chauffeur du camion, sous le choc, a été prié de se rendre et puis de s’arrêter sur le prochain parking d’autoroute où il devait être cueilli par la police des autoroutes. Il devait être auditionné et une analyse toxicologique devait être réalisée afin de déterminer si le conducteur était ou non sous l’influence de l’alcool ou de produits stupéfiants. Devait car, lorsque les policiers se sont rendus sur le fameux parking, le camion n’était pas présent.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Le petit-fils de Churchill sur le Brexit: «Je pense que les Britanniques ont commis une erreur historique»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour se faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite