Thorgan Hazard, très courtisé, laisse planer le doute quant à son avenir: «La saison prochaine? On verra»

Thorgan Hazard, très courtisé, laisse planer le doute quant à son avenir: «La saison prochaine? On verra»
Photo News

Battu en amical par le Standard (2-0) sous les couleurs du Borussia Mönchengladbach, Thorgan Hazard a profité de l’occasion pour échanger quelques mots avec la presse belge. Histoire de réaffirmer sa volonté, celle de rester au Borussia jusqu’à la fin de la saison, au moins. « Je le redis, je ne vais pas partir cet hiver », assure le Diable rouge, courtisé par le Borussia Dortmund qui vient de conclure le départ de son ailier Christian Pulisic, l’Américain ayant choisi de rejoindre Chelsea la saison prochaine. « C’était clair depuis le début dans ma tête, et ça l’est encore plus maintenant. La saison prochaine ? On verra. »

À 25 ans, le petit frère d’Eden sait désormais comment fonctionne le mercato hivernal et il n’a pas envie de se laisser distraire par les rumeurs inhérentes à cette période particulière. « J’avais vécu ça à Zulte Waregem. J’ai l’expérience des mercatos d’hiver, c’est pour ça que j’ai voulu mettre les choses au clair rapidement. »

Concernant l’intérêt de l’actuel leader de Bundesliga, le Brainois se dit flatté. « Cela prouve que je fais une bonne saison. À moi de continuer comme cela, j’ai envie d’aider cette équipe à remplir ses objectifs. » C’est-à-dire retrouver l’Europe. ‘Gladbach est actuellement troisième du championnat allemand.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

  3. Elisabeth, citadine, va chercher son enfant à la crèche et circule en ville avec les transports en commun.

    Les nouveaux modes de déplacement ne prennent pas assez en compte les réalités familiales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite