Les deux premiers «enfants du djihad» peuvent revenir de Syrie

Les deux premiers «enfants du djihad» peuvent revenir de Syrie

Deux premiers enfants de combattants syriens vont pouvoir venir en Belgique. Le gouvernement a chargé les services diplomatiques belges en Turquie de délivrer les documents de voyage nécessaires à deux fillettes de deux et quatre ans, a confirmé le cabinet de Maggie De Block (Open Vld), ministre de l’Asile et de la Migration, aux journaux du groupe Mediahuis.

Il s’agit des deux filles d’Amina Ghezzal (29 ans) originaire de Beverlo (Beringen). La mère avait fui de Syrie fin 2017 avec ses enfants. Elle est aujourd’hui incarcérée en Turquie, où elle a été condamnée à 10 ans de prison maximum. Étant nées en Syrie et n’ayant pas d’acte de naissance belge, les fillettes sont bloquées en Turquie depuis un an. Leur père, le djihadiste Abdelkarim Elouassaki, est mort en Syrie.

Six autres enfants

Un tribunal bruxellois a ordonné le mois dernier à l’État belge de délivrer des papiers d’identité pour les fillettes, sous peine d’astreinte.

La Belgique négocie toujours le retour de six autres enfants avec les autorités kurdes au nord de la Syrie. Quelque 115 enfants de combattants belges seraient aujourd’hui en Syrie et en Irak.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

  3. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite