«L’enlèvement de Vanden Boeynants a été commandité par un homme d’affaires belge», selon l’avocat de Patrick Haemers

Edition numérique des abonnés

L’enlèvement il y a 30 ans de l’ancien Premier ministre belge Paul Vanden Boeynans a été commandité par un homme d’affaires belge qui était en désaccord avec lui. C’est ce qu’affirme samedi dans la DH et Het Laatste Nieuws Etienne Delhuvenne, qui a été avocat du truand Patrick Haemers pendant dix ans.

«Je connais le nom de cet homme qui est revenu dans une autre affaire. C’est pour cela que Patrick Haemers croyait qu’il serait acquitté: dans le box, il voulait révéler qui étai(en)t son ou ses donneurs d’ordre. Son suicide, si c’était un suicide, a empêché que les noms sortent», dit l’ancien avocat.

Le commanditaire de l’enlèvement aurait versé 5 millions de francs belges (125.000 euros) à Patrick Haemers sur un compte bancaire en Amérique du Sud, selon Etienne Delhuvenne.

«Les preuves, après la mort de Haemers, je les ai données au commissaire X. Celui-ci a identifié le compte bancaire et n’y a pas trouvé 5 mais 10 millions de francs belges. Les 5 millions qui s’étaient ajoutés provenaient de la rançon versée. Tout ce volet a été occulté. Haemers, mort en cellule, n’était plus là pour parler.»

Patrick Haemers est mort le 4 mai 1993 en cellule. Lundi, cela fera 30 ans que lui et sa bande ont enlevé l’ex-Premier ministre surnommé «VDB».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite