Eden Hazard revient sur son année 2018: «Si le match contre le Brésil avait duré 15 minutes de plus, on aurait perdu»

© Photonews
© Photonews

Evidemment, le moment préféré d’Eden Hazard concerne la Coupe du Monde, et plus précisément la victoire des Diables rouges contre le Brésil. « De l’adrénaline et de la fatigue, de l’adrénaline et de la fatigue... Ce match est enfin terminé ! J’ai regardé Axel (Witsel), il m’a regardé. C’était de la joie pure, un soulagement pur. Si ce match contre le Brésil avait duré 15 minutes de plus, on aurait perdu. On le sentait. C’était tellement dur. J’ai eu des crampes, j’avais tout donné. [...] C’était la performance des Diables rouges que tout le monde attendait depuis un moment. La génération dorée a montré à quel point elle pouvait jouer au foot. C’est là que notre image a changé. Parfois, je revois les images de la Coupe du monde, avec mes enfants. Puis, tout me revient. Nous ne sommes peut-être pas devenus des champions du monde, mais nous avons eu de bons moments. Pour moi, c'est comme si on avait gagné ce tournoi. »

« Se souvenir de ce moment inoubliable »

Le capitaine des Diables s’est aussi souvenu de l’immense fête sur la Grand Place de Bruxelles. « Si vous demandez aux personnes qui étaient sur la Grand Place en 1986, elles vous diront que c’était un moment incroyable. En 2050, si une équipe nationale fait mieux que nous, on va rappeler ces souvenirs. Pour que les gens disent  : « whaou c’était une excellente année ». Et moi aussi, papy avec mes petits-enfants, je me souviendrai de ce moment inoubliable. En Belgique, on a souvent l’impression que ce sont les Wallons contres les Flamands, mais ce jour-là il y avait un grand sentiment d’unité. Les drapeaux, les frites, la bière, tout était top ! »

Eden Hazard a aussi fait part de son envie d’apprendre le néerlandais. « Parfois, je suis embarassé. Vous êtes capitaine de l'équipe nationale et vous ne parlez pas un mot de néerlandais. En fait, ce n'est pas très respectueux, mais c'est difficile pour moi. Maintenant que je parle un bon anglais, je devrais peut-être me mettre au néerlandais. C’est une langue difficile. J'ai eu une fois un an de néerlandais à l'école, c'est tout. Et vous savez ce que vous y apprenez : « Je m’appelle Eden », « J'habite à Braine-le-Comte », « Pas de problème », « Comment allez-vous ? ». Thibaut (Courtois) se moque souvent de moi. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Le petit-fils de Churchill sur le Brexit: «Je pense que les Britanniques ont commis une erreur historique»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour se faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite