Ligue 1: le président et le directeur général de l’OGC Nice annoncent leur départ

© Photonews
© Photonews

En raison  : des tensions les opposant aux actionnaires sino-américains du club de Ligue 1. « Cela peut être dans dix jours, au maximum fin mai », a expliqué le président du club niçois. Mais le duo semble définitivement hors-jeu.

Arrivé en juillet 2011 à la tête de l’OGC Nice, après avoir investi 12 millions d’euros, Jean-Pierre Rivière a mis sur la table les désaccords avec les nouveaux actionnaires à qui il a vendu 31 % du club en juin 2016 pour 11 millions d’euros. Chien Lee, Alex Zheng, Mike Conway et Ellitto Hayes possèdent à présent 80 % de l’OGC Nice et possèdent surtout une vision radicalement différente du mercato « si différente de la stratégie qu’ils avaient mise en place, depuis plusieurs saisons, avec le directeur général, Julien Fournier », écrit le quotidien l’Equipe dans son édition de samedi.

Une situation qui laisse Patrick Vieira, l’entraîneur de l’OGC Nice entre deux feux. Les Niçois occupent la 10e place en Ligue 1, dans le ventre mou. L’OGC Nice reçoit Bordeaux samedi soir pour le compte de la 20e journée du championnat de France.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite