Elections en RD Congo: la police disperse des partisans de Fayulu à Kinshasa

Elections en RD Congo: la police disperse des partisans de Fayulu à Kinshasa

La police congolaise a dispersé samedi les partisans de Martin Fayulu réunis devant sa résidence et près de la Cour Constitutionnelle à Kinshasa, où l’opposant doit déposer un recours contre le résultat de la présidentielle du 30 décembre, ont constaté des journalistes de l’AFP.

>Elections en RD Congo: battus à la présidentielle, les pro-Kabila gardent l’Assemblée

Quelque 150 supporteurs de M. Fayulu, arrivé deuxième de l’élection présidentielle avec 34,8% des voix, contre 38,57% au vainqueur, l’autre opposant Félix Tshisekedi, étaient rassemblés depuis 09H00 locales (08H00 GMT) dans le calme à proximité du palais de justice et de la Cour constitutionnelle.

La police, qui les avait d’abord laissés s’installer, les a ensuite chargés à coup de bâtons. Cette petite foule s’est dispersée dans les rues alentour et la police a déplacé des barrières pour agrandir le périmètre de sécurité.

«On a reçu l’ordre de ne pas laisser passer les sympathisants» de M. Fayulu qui sera, lui, autorisé à se rendre à la Cour constitutionnelle avec une petite délégation, a indiqué à l’AFP une source policière.

Les forces de sécurité ont également dispersé des sympathisants de M. Fayulu devant sa résidence, un hôtel situé à mi-chemin entre le palais présidentiel et la résidence du président Joseph Kabila, a affirmé l’équipe du candidat.

« Putsch »

M. Fayulu attend le feu vert de ses avocats avant de se rendre à la Cour située à environ un kilomètre dans le même quartier résidentiel de la Gombe. Il devra s’y rendre en voiture et non à pied, lui ont indiqué les autorités.

M. Fayulu revendique la victoire avec 61% des suffrages. Il accuse le président Kabila, qui n’était pas autorisé à se présenter par la Constitution et dont le candidat Emmanuel Ramazani Shadary a fini troisième (23%), d’avoir orchestré un «putsch électoral» avec M. Tshisekedi, «totalement complice».

Les alliés de M. Kabila ont remporté la majorité des sièges à l’Assemblée nationale lors de l’élection législative disputée le même jour, selon un premier décompte de l’AFP à partir des résultats de la Commission électorale.

«Une majorité écrasante», précise à l’AFP un conseiller du président Kabila, qui promet des chiffres plus précis dans la journée.

La Cour constitutionnelle dispose de huit jours ouvrables pour étudier le recours de M. Fayulu. Le président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, a indiqué dans la nuit que l’investiture de M. Tshisekedi «interviendra(it) le 22 janvier».

Invalid Scald ID.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite