Premier League: West Ham et Nasri renversent Arsenal (1-0)

© Photonews
© Photonews

Pour ses retrouvailles avec la Premier League, le milieu français s’est montré plutôt à son aise, récoltant même une passe décisive.

La victoire permet aux hommes de Manuel Pellegrini de remonter à la huitième place (31 pts). Pour Unai Emery et ses joueurs (5e avec 41 pts), la défaite pourrait constituer une très mauvaise opération: ils pourraient être distancés de la course à la Ligue des champions en cas de succès de Chelsea (4e avec 44 pts) contre Newcastle plus tard samedi (18h30).

Au London Stadium, Nasri, tout juste sorti d’une suspension de 18 mois pour une perfusion intraveineuse de vitamines, méthode prohibée par l’Agence mondiale antidopage (AMA), n’a pas ménagé ses efforts à gauche de l’attaque des Hammers ou au soutien d’Arnautovic.

Sorti sous les applaudissements à la 71e minute, le Français a même réussi un retour convaincant, dans le sillage de sa première apparition en coupe quelques jours plus tôt.

Nasri à l’assist

À l’origine de plusieurs mouvements ou de remises astucieuses, l’ancien international âgé de 31 ans a même fait basculer le match en faveur de West Ham au début de la seconde période.

Sur un centre de Felipe Anderson mal dégagé, Nasri a récupéré dans la surface et remis pour Rice, qui a trouvé la lucarne de Leno (48).

En face, Lacazette et Aubameyang ont bien fait le forcing, mais leurs nombreuses actions n’ont jamais rien donné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite