Bubacarr Sanneh: «Avec Kara, on pourrait former un bon duo»

Edition numérique des abonnés
Photo News

Comme Nicolae Stanciu avant lui, Bubacarr Sanneh paie au prix fort le montant dépensé pour s’attacher ses services. Pas plus responsable de son prix d’achat que ne l’était le Roumain avant lui, le solde défenseur central du RSCA espère réussir à s’imposer chez les Mauves. « Je me sens bien et c’est un nouveau départ pour tout le monde. On doit se battre ensemble pour nos objectifs », soulignait le Gambien de 24 ans sous le soleil espagnol. « En football, il y a parfois des moments compliqués, mais il faut rester positif, avoir confiance en ses possibilités et aller de l’avant. Ensuite, il faut saisir la chance quand elle se présente. »

Cette opportunité, il va la recevoir comme chacun dans le vestiaire mauve. « Il y a un nouvel entraîneur, qui veut donner une chance à tout le monde. C’est un nouveau départ pour moi aussi… »

En espérant que ce soit le bon, après des débuts anderlechtois pour le moins mitigés. « Je ne ressens pas de pression. Si le club m’a choisi, c’est qu’il voit quelque chose en moi. Et le retour de Kara est une bonne chose car la concurrence rend chacun meilleur. Et je pense qu’on pourrait former un bon duo avec Kara. Pour en revenir à mes débuts, j’ai aussi dû m’adapter à une nouvelle compétition, plus forte que ce que j’avais connu au Danemark, dans une équipe qui connaissait une période difficile. Le chemin est encore long et on doit essayer de se battre pour bien finir la saison. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Tshisekedi proclamé président de la RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite