Cris racistes et antisémites de supporters de la Lazio en Coupe d’Italie

Edition numérique des abonnés
EPA

Des chants racistes et antisémites ont été entendus samedi au Stade Olympique de Rome lors du 8e de finale de Coupe d’Italie remporté par la Lazio face à Novara (Serie C), rapportent les médias italiens.

Selon les agences italiennes et la Gazzetta dello Sport, ces chants provenaient d’une partie de la Curva Nord, le virage où sont réunis les supporters de la Lazio, et visaient le club rival de l’AS Rome. Le quotidien sportif évoque notamment des chants comme « Jaune, rouge et juif », ou « Cette Roma qui ressemble à l’Afrique ».

Des chants auraient aussi visé les forces de l’ordre, après des incidents mardi soir entre policiers et supporters de la Lazio en marge de la fête organisée en centre-ville pour l’anniversaire du club. Huit policiers avaient été blessés et quatre supporters interpellés. Après le match, le porte-parole de la Lazio Arturo Diaconale a évoqué « une psychose » et une « condamnation collective pour des épisodes marginaux ».

« Personne aujourd’hui ne connaît l’importance de ces chants présumés et nous devons nous en remettre à l’ouïe de ceux qui les ont entendus. Je ne les mets pas en doute mais on ne peut pas accepter un phénomène de condamnation collective pour des épisodes marginaux », a-t-il déclaré dans une réaction publiée sur le site internet du club. « Ce phénomène permet à de petits groupes ou à quelques individus d’avoir une visibilité qu’ils ne méritent pas et qui crée des tensions injustifiées », a-t-il ajouté.

La police italienne avait par ailleurs ouvert une enquête mercredi sur des affiches antisémites apparues sur internet et signées par un groupe « Ultra » de l’AS Rome inactif depuis des années. « Lazio, Naples et Israël, mêmes couleurs, mêmes drapeaux. Merde », disaient les affichettes.

L’année dernière, des supporters de la Lazio avaient eux collé dans les tribunes du stade olympique des stickers montrant Anne Frank portant un maillot de la Roma, ce qui avait fait scandale. Le football italien a également été récemment marqué par les incidents violents qui se sont déroulés avant le match entre l’Inter Milan et Naples le 26 décembre. Un supporter du club milanais est mort après avoir été renversé par une voiture et des chants racistes ont été entonnés pendant le match à l’encontre du défenseur franco-sénégalais de Naples Kalidou Koulibaly.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Gholizadeh est incertain pour le déplacement à Bruges.

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Ali Gholizadeh (SC Charleroi) incertain pour aller à Bruges: une tuile pour Mazzù?

  • Titularisé à dix reprises en première partie de championnat.

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    Marko Bakic est prêt à rester à Mouscron

  • ©News

    Par Guillaume Raedts

    Division 1A

    Hans Vanaken Soulier d’Or: souvent placé, enfin gagnant

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite