La Sampdoria et Praet éliminés aux prolongations en huitièmes de Coupe par le Milan AC

Edition numérique des abonnés
EPA

La Sampdoria de Gênes a été éliminée en huitième de finales de la Coupe d’Italie samedi aux prolongations par le Milan AC. Les coéquipiers de Dennis Praet, titulaire, ont tenu le 0-0 au terme des nonante minutes de temps réglementaire avant de s’incliner sur deux buts de Patrick Cutrone (102e, 108e) en prolongations.

Le Milan AC est ainsi le deuxième club à rejoindre les quarts de finales de la Coupe d’Italie après la Lazio de Rome de Jordan Lukaku. Les Milanais ont effectivement obtenu leur qualification pour le tour suivant grâce à un doublé de leur jeune buteur italien Patrick Cutrone (102e, 108e). L’attaquant de 21 ans a tout d’abord profité d’un centre parfait d’Andrea Conti pour débloquer le marquoir d’une très belle reprise de volée. Six minutes plus tard, il a lobé parfaitement le portier local au terme d’une reconversion offensive rapide de son équipe partie du gardien milanais Pepe Reina.

Dennis Praet a disputé toute la rencontre et a été averti à la 68e.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite