Stage hivernal du Standard: les Rouches ont cinq jours pour préparer Courtrai

Orlando Sa (contracture) manquera l’entraînement ce lundi.
Orlando Sa (contracture) manquera l’entraînement ce lundi. - News

Au terme d’un stage impeccable de neuf jours (huit sur place), qui les a vus l’emporter face à Mainz (3-2) et Mönchengladbach (2-0), les Standardmen ont repris leur vol de Malaga vers Zaventem ce samedi, à 13h. À l’aéroport, ils sont arrivés en même temps que la délégation de l’Excel Mouscron. Les joueurs des deux équipes ont échangé quelques mots, Mehdi Carcela s’est notamment entretenu avec Mergim Vojvoda. Arrivés sur le sol belge vers 16h, Michel Preud’homme et ses troupes se sont séparés sur le parking de l’Académie Robert Louis-Dreyfus vers 18h, pour profiter d’un jour et demi de congé.

En effet, les Rouches sont au repos, ce dimanche, avant de se retrouver lundi après-midi pour entamer la préparation du match contre Courtrai, qu’ils accueilleront samedi, à 18h, en reprise du championnat. Orlando Sa (contracture au mollet gauche survenue lors du match contre Mainz) manquera l’entraînement de ce lundi, tandis que Maxime Lestienne devrait y participer, lui qui souffrait d’une petite contracture à la cuisse.

Michel Preud’homme et son staff auront donc cinq jours pour préparer la réception de Courtrai, lors de laquelle les Rouches devront confirmer leur bel élan de fin 2018 (neuf points sur neuf) et les convaincantes performances lors des matches amicaux face à deux écuries de Bundesliga. Actuellement 4e du classement, le Standard s’apprête à entamer une période cruciale en vue de l’accès aux Playoffs 1.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite