Les Hurlus sont plus forts sur le plan collectif

L’Excel a achevé son stage avec une victoire contre Nuremberg.
L’Excel a achevé son stage avec une victoire contre Nuremberg. - S.H.

Durant sept jours, l’Excel a répété ses gammes à Chiclana de la Frontera, près de Cadix. Et son entraîneur est amplement satisfait du visage affiché par ses joueurs, mais surtout de leur faculté à reproduire ce qui a été demandé. Reste désormais à confirmer en championnat.

Rien ne laisse transparaître finalement au sein du groupe des joueurs que l’Excel flirte toujours avec la zone rouge, à neuf journées de la fin de la phase classique. L’ambiance est excellente au sein de la formation de Bernd Storck, qui a pu travailler une semaine dans un cadre idyllique, sous un soleil radieux tout au long de leur séjour en Espagne. « Nous avions défini des objectifs cette semaine, mais aussi pour nos neuf prochaines rencontres de championnat », indique l’entraîneur mouscronnois. « J’ai pu voir les résultats de ce qui a été fait tout au long de la semaine. Je trouve que mes joueurs ont encore franchi un palier. Si nous parvenons à jouer dans le même style que celui proposé face à Nuremberg, alors que je suis convaincu que nous aurons de nombreux succès dans les semaines à venir. »

Face au dernier de Bundesliga vendredi, les Mouscronnois ont conservé une organisation sans faille, tout en gardant la volonté d’être les premiers dans les duels. « Je pense que les joueurs ont maintenant compris qu’ils devaient montrer une autre façon d’évoluer, dans leur manière de jouer en équipe notamment. Le style était bon vendredi, très bon même. Mes joueurs se sont montrés plus agressifs dans les duels. Ils ont fait preuve d’intelligence dans le jeu collectif et dans leur positionnement, tout ça me rend très heureux. C’est également positif avant de renouer avec la compétition à domicile contre Ostende dimanche prochain. »

« Awoniyi va nous aider »

Et pour cette rencontre face aux Côtiers, Bernd Storck pourra compter sur Taiwo Awoniyi, sa nouvelle recrue. « Nous disposons désormais d’un très bon joueur qui fait son retour. Nous avons maintenant plus d’options offensives dans l’équipe. Son arrivée m’apporte également un atout supplémentaire sur le plan tactique. C’est en tout cas un chouette gars. Son intégration dans l’équipe sera rapide puisqu’il connaît déjà le club. Taiwo Awoniyi est un joueur intelligent qui comprend vite ce que nous lui demandons. Ça va nous aider pour nos neuf dernières rencontres. »

Et pour aborder ce sprint final dans les meilleures conditions possibles, les joueurs hurlus ont eu droit à deux jours de repos. « Parce qu’ils ont eu beaucoup d’entraînements en ce début d’année. Les séances étaient intenses. Du coup, ils méritent un peu de repos. Nous retrouverons le chemin des entraînements à Mouscron à partir de mardi après-midi, moment à partir duquel nous allons préparer la venue d’Ostende de façon très intense et avec un maximum de concentration », conclut Bernd Storck.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite