Le CD&V plaide pour une «révolution de la raison», contre un «shutdown belge à la Trump»

Wouter Beke © Belga
Wouter Beke © Belga

Le CD&V s’oppose «aux populistes de gauche et de droite». Dans son discours samedi à l’occasion des voeux 2019 du parti chrétien-démocrate flamand, son président Wouter Beke a plaidé pour une «révolution de la raison».

Quelques milliers de membres du CD&V se sont rassemblés samedi à Lint, en province d’Anvers, pour la réception du Nouvel An du parti. «Ni les beaux parleurs de gauche ni les beaux parleurs de droite n’ont les bonnes recettes face aux problèmes des gens. Les prophètes de mauvais augure et les semeurs d’angoisse ne montrent pas le bon chemin. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une révolution de la raison», a affirmé Wouter Beke.

«Aujourd’hui, j’ai le sentiment que notre mode de vie est d’abord menacé de l’intérieur. Les populistes de gauche et de droite sont les vraies menaces pour notre manière de vivre. Ils ne donnent aux gens aucune vraie solution. Ce qu’ils donnent, ce sont des bulles de savon et des châteaux de sable. Ce qu’ils prennent, c’est notre sécurité et protection», a-t-il poursuivi.

Le CD&V veut travailler sur des mesures en faveur du climat et de la mobilité, mais à condition qu’elles soient«raisonnables», et sans oublier ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter un véhicule électrique ou des panneaux solaires. «Il y a des gens qui veulent mais ne peuvent pas», a souligné M. Beke.

Pour le président de parti, les enjeux des prochaines élections du 26 mai sont «peut-être plus grands que jamais » : la coopération internationale, les droits humains, la protection sociale et le libre-échange sont remis en question. «Tout ce pour quoi nous sommes ici et notre société est fondée est mis en doute.»

«Faute de scinder la Belgique, certains veulent scinder les Flamands. Mais pas avec nous. Je lis que d’autres rêvent d’un pays ingouvernable après les élections de mai. Un shutdown belge à la Trump. Ce n’est pas un rêve, mais un cauchemar», a encore dit l’homme politique.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite