Tom Meeuws (SP.A) : «Nous ne pouvons pas répéter les erreurs du passé»

© Belga
© Belga

A l’occasion des voeux de la section anversoise du sp.a, son président Tom Meeuws, fraîchement nommé échevin, a une nouvelle fois défendu la décision de former une coalition communale avec la N-VA et l’Open Vld, tout en lançant un avertissement interne. «Nous ne pouvons pas répéter les erreurs du passé et nous muer uniquement en un parti de gouvernance», a-t-il déclaré.

Tom Meeuws et Yasmine Kherbache, cheffe de groupe au conseil communal, qui tirera par ailleurs la liste du sp.a à Anvers pour les élections fédérales, ont promis d’associer structurellement les sympathisants socialistes à la politique qui sera menée au niveau communal au cours des six prochaines années. Ils croient, selon leurs propres dires, que les trois partis resteront fidèles à l’accord de coalition.

Yasmine Kherbache a par ailleurs fait l’éloge de ceux qui avaient critiqué et même voté contre l’accord de coalition.«Notre assemblée générale fin décembre a été pour moi le moment le plus beau et le plus fort de l’année», a-t-elle déclaré. «Nous avons fortement débattu, de manière critique et émotionnelle, mais aussi ouvertement et respectueusement. C’était une célébration de la démocratie.»

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite