Accueil Économie

La réputation internationale du nucléaire belge au plus bas

Face à la multiplication des incidents dans le parc nucléaire belge, des voix s’élèvent aux Pays-Bas pour réclamer un droit de regard sur l’avenir de ces centrales

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

L’arrêt pour problèmes techniques du réacteur de Doel 1 samedi quelques jours à peine après sa remise en fonction a encore un peu plus attisé les craintes de nos voisins quant à la sécurité des centrales nucléaires belges. Ce lundi, le journal néerlandais Algemeen Dagblad relayait en Une la demande de plusieurs partis néerlandais d’opposition au gouvernement de La Haye d’exiger un droit de regard sur la centrale de Doel. « Ces centrales sont si vieilles. Si quelque chose se passe mal, les problèmes ne s’arrêteront pas à la frontière, martèle la député D66 Stientje van Veldhoven. C’est logique que les Pays-Bas aient aussi leur mot à dire lorsqu’il s’agit de décider si on maintient ces centrales ouvertes ou non ». Groenlinks demande un débat à ce sujet depuis longtemps tandis que le SP exige carrément la fermeture de la centrale. « Les installations ont à peine été remises en route qu’elles sont immédiatement tombées en panne.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs