Bart De Wever: «Les Flamands et les francophones ont droit à leur propre politique»

© Belga
© Belga

La N-VA a l’ambition de gouverner après les élections. Mais les nationalistes flamands mettent à nouveau le confédéralisme sur la table, a fait savoir leur président Bart De Wever, samedi lors de la réception de Nouvel An du parti.

Confédéralisme

Environ 5.500 membres et sympathisants de la formation politique ont participé samedi soir à Malines à ce que Bart De Wever a présenté comme « la plus grande fête de Nouvel An » de la N-VA. Fin 2018, le parti comptait 46.000 membres.

En décembre, les nationalistes flamands ont quitté le gouvernement Michel et ont donc rejoint l’opposition au fédéral. Le parti veut néanmoins continuer à prendre ses responsabilités, a assuré M. De Wever. « Beaucoup de travail a été fait, mais le travail est loin d’être terminé. Et que personne ne se trompe : c’est notre ambition de le poursuivre. Nous voulons continuer à assainir et réformer. »

Dans cette perspective, la N-VA veut remettre le confédéralisme sur la table. «  N’employez pas la Constitution comme une arme contre le pouvoir du peuple », a lancé le président de parti à l’adresse de l’ensemble des autres formations politiques. «  Les Flamands et les francophones ont droit à leur propre politique, basée sur la majorité dans leur propre démocratie. Avançons en ce sens ! »

Priorité à l’enseignement flamand

Au niveau flamand aussi, la N-VA entend bien rester aux manettes. Avec un sujet prioritaire : l’enseignement. «  Nous devons tout faire pour continuer à améliorer la qualité de notre enseignement flamand », a déclaré Bart De Wever.

À l’exception d’une pique à Charles Michel qui, pour la N-VA, aurait dû intervenir lorsque l’Espagne a levé le statut diplomatique du délégué de la Flandre au sein de l’ambassade de Belgique, Bart De Wever s’est abstenu d’interpeller directement les autres partis.

« Si une telle attaque d’un pays de l’Union européenne à l’encontre de la liberté d’expression d’un député n’est pas un incident notable, et si le sort de prisonniers politiques n’a pas d’importance pour vous, épargnez-nous vos déclarations pompeuses sur le bon côté de l’histoire », a-t-il lancé.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite