Bart De Wever: «Les Flamands et les francophones ont droit à leur propre politique»

© Belga
© Belga

La N-VA a l’ambition de gouverner après les élections. Mais les nationalistes flamands mettent à nouveau le confédéralisme sur la table, a fait savoir leur président Bart De Wever, samedi lors de la réception de Nouvel An du parti.

Confédéralisme

Environ 5.500 membres et sympathisants de la formation politique ont participé samedi soir à Malines à ce que Bart De Wever a présenté comme « la plus grande fête de Nouvel An » de la N-VA. Fin 2018, le parti comptait 46.000 membres.

En décembre, les nationalistes flamands ont quitté le gouvernement Michel et ont donc rejoint l’opposition au fédéral. Le parti veut néanmoins continuer à prendre ses responsabilités, a assuré M. De Wever. « Beaucoup de travail a été fait, mais le travail est loin d’être terminé. Et que personne ne se trompe : c’est notre ambition de le poursuivre. Nous voulons continuer à assainir et réformer. »

Dans cette perspective, la N-VA veut remettre le confédéralisme sur la table. «  N’employez pas la Constitution comme une arme contre le pouvoir du peuple », a lancé le président de parti à l’adresse de l’ensemble des autres formations politiques. «  Les Flamands et les francophones ont droit à leur propre politique, basée sur la majorité dans leur propre démocratie. Avançons en ce sens ! »

Priorité à l’enseignement flamand

Au niveau flamand aussi, la N-VA entend bien rester aux manettes. Avec un sujet prioritaire : l’enseignement. «  Nous devons tout faire pour continuer à améliorer la qualité de notre enseignement flamand », a déclaré Bart De Wever.

À l’exception d’une pique à Charles Michel qui, pour la N-VA, aurait dû intervenir lorsque l’Espagne a levé le statut diplomatique du délégué de la Flandre au sein de l’ambassade de Belgique, Bart De Wever s’est abstenu d’interpeller directement les autres partis.

« Si une telle attaque d’un pays de l’Union européenne à l’encontre de la liberté d’expression d’un député n’est pas un incident notable, et si le sort de prisonniers politiques n’a pas d’importance pour vous, épargnez-nous vos déclarations pompeuses sur le bon côté de l’histoire », a-t-il lancé.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite