Roger Federer pas certain de faire la saison sur terre battue: «Je n’ai toujours pas arrêté de décision»

©Photonews
©Photonews

Roger Federer, qui a volontairement fait l’impasse sur les deux dernières éditions de Roland-Garros, n’a « toujours pas arrêté de décision » quant à la saison sur terre battue, a-t-il déclaré dimanche à Melbourne, à la veille de l’Open d’Australie.

« Je n’ai pas changé ma préparation par rapport à la terre battue, j’ai fait une préparation normale. La question, c’était plus de voir comment réagirait mon corps après les vacances. Est-ce qu’il me permettrait de faire toutes les séances, de travailler aussi dur que je voulais ? J’ai pu le faire, j’ai même pu travailler un peu plus dur que ce que j’avais imaginé. J’en suis sorti fort », a expliqué le Suisse aux vingt couronnes record en Grand Chelem, double tenant du trophée à Melbourne.

« Je n’ai pas basé en quoi que ce soit ma préparation sur la terre battue. Je n’ai toujours pas arrêté de décision définitive à ce sujet. Ce que je peux dire, c’est que ma préparation s’est super bien passée. Ça s’est peut-être un petit peu vu déjà à la Hopman Cup », compétition par équipe mixte où il s’est imposé début janvier, a-t-il ajouté.

Début novembre à Bercy, Federer avait déclaré n’avoir « aucune idée » sur les chances du public français de le revoir à Paris à l’avenir.

« Déçu et triste pour Andy Murray »

Le Suisse, qui a fêté ses 37 ans début août, n’a plus joué sur la terre battue parisienne depuis 2015. L’année suivante, il avait déclaré forfait, touché au dos. En 2017 et 2018, il avait choisi d’y renoncer pour ménager son corps et privilégier sa préparation pour Wimbledon.

Avant le coup d’envoi de l’Open d’Australie, Federer a aussi donné son sentiment sur l’annonce surprise de la retraite imminente d’Andy Murray, terrassé par sa hanche droite. « Son corps a pris la décision malheureusement. J’étais déçu, triste et un peu choqué de savoir qu’on allait le perdre », a-t-il dit à propos du Britannique de 31 ans, ex-N.1 mondial. « Il a gagné tout ce qu’il voulait gagner. C’est un coup dur mais (…) il peut être incroyablement fier de tout ce qu’il a accompli », a souligné le Suisse.

« On a grandi ensemble depuis les tournois juniors. Son anniversaire est une semaine avant le mien. (…) Bien sûr, le voir autant en difficultés et souffrir autant, c’est très triste et ça me fait mal en tant qu’ami de longue date, collègue et rival », a réagi à son tour le N.1 mondial Novak Djokovic.

Comme Murray contre l’Espagnol Roberto Bautista (ATP 23), Federer entre en lice dès lundi à Melbourne, face à l’Ouzbek Denis Istomin (ATP 99). « Je joue du bon tennis. J’ai confiance dans le fait que mon adversaire devra probablement délivrer une bonne performance pour me battre, c’est toujours une pensée agréable », a-t-il expliqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par François Laurent

    ATP - WTA

    Maria Sharapova, les adieux d’une diva

  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite