Accueil Culture Livres

Colonialisme: ce qui est reproché à la nouvelle version de «Tintin au Congo»

La nouvelle version colorisée du « Tintin au Congo » paru en 1931 est viscéralement colonialiste aux yeux des Africains. Partout, des voix s’élèvent pour réclamer l’insertion immédiate d’une préface de remise en contexte historique.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Comment peut-on justifier la « remastérisation » d’un album à la gloire de la « mission civilisatrice de la Belgique au Congo » en plein XXIe siècle ? Et en faire la cerise sur le gâteau d’anniversaire des 90 ans de Tintin XXIe siècle, à une époque où l’Occident semble retourner à ses vieux démons du « repli identitaire » ?

Ce sont les questions que le plus grand créateur africain de bande dessinée, le Congolais Barly Baruti, pose aujourd’hui, après avoir participé au débat organisé jeudi par Moulinsart à l’Hôtel de Ville de Bruxelles autour de cette réédition polémique.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Petre Eric, lundi 14 janvier 2019, 17:36

    Dans les années 30 cette vision paternaliste et infantilisante était la norme dans la société belge, pas seulement chez les catholiques conservateurs ou les colons. Après il faut tenir compte que la société congolaise a aussi évolué depuis l'époque. Mon père m'a raconté une mutinerie, pendant la seconde guerre mondiale, de soldats congolais qui avaient voulu incendier les bobines de film d'un... Disney, parce que des animaux qui parlent c'est de la sorcellerie. Il faut être capable de regarder son passé en face, y compris dans ses aspects les moins glorieux, que l'on soit belge ou congolais. Cela dit tout à fait d'accord avec le souhait d'ajouter une préface à la réédition pour remettre l'histoire dans son contexte historique.

  • Posté par vanderhulst baudouin, lundi 14 janvier 2019, 17:22

    Censure pathétique de gens complexés. Qu'ils commencent à administrer efficacement leur grand pays au lieu de nous dire ce que nous avons le droit de lire et à quelles conditions. A ce rythme-là, les Indiens d'Amérique doivent aussi s'indigner,et les Japonais cruels, et les militaires sud-américains grotesques, et les Arabes musulmans ridicules, etc. Pourquoi les complexés susmentionnés sont-ils les seuls à protester chez Moulinsart ? A côté des quelques images ridiculisantes, il y a le petit garçon courageux, le sens de l''hospitalité, etc. Et puis il n'y a pas d'humour sans ridicule. Et cet album a fait sourire des millions d'enfants, y compris en Afrique où l'on sait pratiquer l'auto-dérision.

  • Posté par Brasseur Michel, lundi 14 janvier 2019, 16:58

    M. Rodwell de la Fondation Hergé ferait du fric avec n'importe quoi. Peu importe le contexte! N'attendez pas qu'il "oublie" un album aussi polémique que celui-là! Par ailleurs, Tintin et son aventure au Congo sont-ils toujours aussi populaire chez les jeunes? J'en doute... mais bon, je peux comprendre que les Congolais d'aujourd'hui n'aient pas envie de voir cette image de "bon sauvage, bênet et servile" propagée aujourd'hui!

  • Posté par Valencia Roque Ana, lundi 14 janvier 2019, 14:36

    le lisent et pas le lissent humbles et pas humble

  • Posté par Bayens Remi, lundi 14 janvier 2019, 10:57

    L'oeuvre de Hergé est là, elle est importante: les rééditions le prouvent. Pourquoi faut-il y ajouter des mises en garde et des introductions de remise 'au goût du jour' avec le politiquement correct qui est une censure imbécile. Ne sommes-nous pas assez grands pour juger par nous mêmes. Il faut pas nous prendre non plus pour des imbéciles.

Plus de commentaires

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs