Open d’Australie: le fou rire de Rafael Nadal, qui réveille un journaliste assoupi en conférence de presse (vidéo)

Capture vidéo Twitter @AustralianOpen
Capture vidéo Twitter @AustralianOpen

Rafael Nadal a rejoint le deuxième tour de l’Open d’Australie en s’imposant en trois sets (6-4, 6-3, 7-5) face à James Duckworth. L’Espagnol s’est ensuite présenté en conférence de presse d’après-match où il a remarqué le comportement particulier d’un journaliste.

Alors qu’il écoutait avec attention les questions qui lui étaient posées, Nadal a surpris un journaliste italien piquer un petit somme. « Ça ne doit pas être intéressant aujourd’hui », s’exclame l’Espagnol, provoquant l’hilarité générale et réveillant par la même occasion le journaliste. « Buongiorno Ubaldo », lance Nadal. « Je sais que tu fermais les yeux pour mieux te concentrer ». Nouvelle salve de rires dans la salle de presse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite