Elio Di Rupo contre le confédéralisme: «Il y a 5 milliards de transfert de sécurité sociale vers la Wallonie»

Edition numérique des abonnés

Elio Di Rupo était l’invité de la Première lundi matin. Il a précisé les orientations du PS pour les élections législatives. Et pour lui, la ligne est claire : les réformes sociales doivent passer avant les réformes économiques. Il refuse toute forme de réforme de l’État, et notamment le confédéralisme réclamé par Bart De Wever.

« Nous sommes francophones, pourquoi doit-on toujours courir après Bart De Wever ? Il dit ce qu’il veut. Il veut le confédéralisme ? C’est son affaire. Moi, je ne veux pas du confédéralisme », a réagi avec agacement l’ancien Premier ministre.

« Il faut bien expliquer ce que ça veut dire aux citoyens. Je crois que la grande majorité des francophones et des néerlandophones veulent que la Belgique reste unie », poursuit-il. « Ce sont les entreprises néerlandophones qui cotisent le plus dans la Sécu, et, à l’intérieur de cette sécurité sociale, il y a un transfert de 5 milliards par an en faveur des Wallons. Donc, quand de Wever veut le confédéralisme, il veut supprimer la solidarité du nord vers le sud, et préserver lui-même ses moyens financiers. Et ça, ça veut dire la fin de la Belgique. Je ne crois pas que les citoyens néerlandophones veulent la scission du pays ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. CLIMATE STUDENTS PROTEST ACTION THURSDAY

    A l’école ou dans la rue, le climat n’a pas d’âge

  2. Si Olivier Chastel est plus prudent, Charles Michel laisse entrevoir une potentielle coalition MR-Ecolo-CDH.

    Charles Michel charge «l’axe du shutdown N-VA-PS» et esquisse la «namuroise»

  3. 140119_SES1261

    Michel Preud’homme fête son 60e anniversaire: «Je commence à payer le prix de ma carrière»

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite

  • Le retour de la mythique «armée européenne»

    La signature du nouveau traité d’amitié franco-allemand, mardi, dans l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle sous la figure tutélaire de Charlemagne, a fait une nouvelle fois remonter à la surface le thème de l’« armée européenne ». C’est « une contribution à la création d’une armée européenne », a dit la chancelière Merkel. « Construisons une vraie armée européenne », a exhorté le président Macron.

    Le « couple » est récidiviste. Le président de la...

    Lire la suite