Blessée, Nafi Thiam doit renoncer à la saison en salle

©Photonews
©Photonews

L’année 2019 commence bien mal pour Nafi Thiam. La championne olympique, du monde et d’Europe de l’heptathlon s’est blessée au mollet gauche, celui de sa jambe d’impulsion, lors du stage qu’elle effectuait à Stellenbosch, en Afrique du Sud, qu’elle a, du coup, dû abréger d’une semaine.

« Ce la s’est passé le 7 janvier, explique Roger Lespagnard, qui venait de rejoindre son athlète, partie, elle, depuis le 22 décembre et qui avait connu, jusque-là, “une très bonne préparation”  . El le était partie s’échauffer et est revenue vers moi avec une grosse douleur au mollet. Elle a directement été prise en charge par un kiné avant de subir une échographie, puis une résonance magnétique qui ont révélé une déchirure du muscle soléaire de sa jambe gauche. »

Six semaines de rééducation

Thiam est encore restée une semaine en Afrique du Sud avant de rentrer ce dimanche 13 janvier. Mais elle a uniquement travaillé la musculation du haut du corps. Cette blessure privera la Namuroise de la saison hivernale et donc de l’Euro indoor de Glasgow, début mars, où elle aurait pu aller défendre son titre au pentathlon conquis il y a deux ans à Belgrade.

« Elle va entamer une rééducation de six semaines (NDLR : chez son kiné Ludovic De Preter, également membre du staff médical du Standard), confirme Lespagnard. La reprise, ensuite, sera très progressive car on ne peut pas prendre le moindre risque avec son pied d’impulsion. C’est ce qui me fait dire que sa participation au meeting de Götzis (25 et 26 mai) est également compromise. Heureusement que les Mondiaux, organisés à Doha, tombent beaucoup plus tard que d’habitude cette année (27 septembre au 6 octobre) ; cela nous laissera un peu de répit. »

Selon les premiers examens effectués en Afrique du Sud, la déchirure de Thiam serait de 6 centimètres, ce que n’a pas voulu confirmer son entourage qui attend un deuxième avis du Pr Johan Bellemans, le médecin chef du COIB, qui la suit depuis le début de sa carrière.

Ce n’est pas la première fois que Nafi Thiam subit un contretemps de ce type. On se souvient qu’en 2016, à moins de deux mois des Jeux olympiques de Rio, elle s’était blessée au coude lors de l’épreuve du javelot aux championnats de Belgique, ce qui l’avait contrainte à ne plus lancer jusqu’aux JO… avec le résultat que l’on connaît.

« La différence, précise Lespagnard, c’est qu’à l’époque, elle avait pu continuer à courir et avait pu maintenir la condition qu’elle avait. Ici, ce sera autre chose… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite