Blessée, Nafi Thiam doit renoncer à la saison en salle

©Photonews
©Photonews

L’année 2019 commence bien mal pour Nafi Thiam. La championne olympique, du monde et d’Europe de l’heptathlon s’est blessée au mollet gauche, celui de sa jambe d’impulsion, lors du stage qu’elle effectuait à Stellenbosch, en Afrique du Sud, qu’elle a, du coup, dû abréger d’une semaine.

« Ce la s’est passé le 7 janvier, explique Roger Lespagnard, qui venait de rejoindre son athlète, partie, elle, depuis le 22 décembre et qui avait connu, jusque-là, “une très bonne préparation”  . El le était partie s’échauffer et est revenue vers moi avec une grosse douleur au mollet. Elle a directement été prise en charge par un kiné avant de subir une échographie, puis une résonance magnétique qui ont révélé une déchirure du muscle soléaire de sa jambe gauche. »

Six semaines de rééducation

Thiam est encore restée une semaine en Afrique du Sud avant de rentrer ce dimanche 13 janvier. Mais elle a uniquement travaillé la musculation du haut du corps. Cette blessure privera la Namuroise de la saison hivernale et donc de l’Euro indoor de Glasgow, début mars, où elle aurait pu aller défendre son titre au pentathlon conquis il y a deux ans à Belgrade.

« Elle va entamer une rééducation de six semaines (NDLR : chez son kiné Ludovic De Preter, également membre du staff médical du Standard), confirme Lespagnard. La reprise, ensuite, sera très progressive car on ne peut pas prendre le moindre risque avec son pied d’impulsion. C’est ce qui me fait dire que sa participation au meeting de Götzis (25 et 26 mai) est également compromise. Heureusement que les Mondiaux, organisés à Doha, tombent beaucoup plus tard que d’habitude cette année (27 septembre au 6 octobre) ; cela nous laissera un peu de répit. »

Selon les premiers examens effectués en Afrique du Sud, la déchirure de Thiam serait de 6 centimètres, ce que n’a pas voulu confirmer son entourage qui attend un deuxième avis du Pr Johan Bellemans, le médecin chef du COIB, qui la suit depuis le début de sa carrière.

Ce n’est pas la première fois que Nafi Thiam subit un contretemps de ce type. On se souvient qu’en 2016, à moins de deux mois des Jeux olympiques de Rio, elle s’était blessée au coude lors de l’épreuve du javelot aux championnats de Belgique, ce qui l’avait contrainte à ne plus lancer jusqu’aux JO… avec le résultat que l’on connaît.

« La différence, précise Lespagnard, c’est qu’à l’époque, elle avait pu continuer à courir et avait pu maintenir la condition qu’elle avait. Ici, ce sera autre chose… »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Sport|Athlétisme|Nafissatou Thiam
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Par défaut, Netflix lance le prochain épisode automatiquement. Un bel exemple de design pensé pour scotcher l’internaute  à son écran.

    Comment les sites web manipulent l’internaute par leur design

  2. CLIMATE STUDENTS PROTEST ACTION THURSDAY

    A l’école ou dans la rue, le climat n’a pas d’âge

  3. Si Olivier Chastel est plus prudent, Charles Michel laisse entrevoir une potentielle coalition MR-Ecolo-CDH.

    Charles Michel charge «l’axe du shutdown N-VA-PS» et esquisse la «namuroise»

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite

  • Le retour de la mythique «armée européenne»

    La signature du nouveau traité d’amitié franco-allemand, mardi, dans l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle sous la figure tutélaire de Charlemagne, a fait une nouvelle fois remonter à la surface le thème de l’« armée européenne ». C’est « une contribution à la création d’une armée européenne », a dit la chancelière Merkel. « Construisons une vraie armée européenne », a exhorté le président Macron.

    Le « couple » est récidiviste. Le président de la...

    Lire la suite