Les élèves en «grève scolaire» autorisés à marcher une nouvelle fois pour le climat

© Belga
© Belga

Les élèves néerlandophones qui ont séché les cours et marché jeudi dernier à Bruxelles pour réclamer une politique ambitieuse contre le réchauffement climatique ont reçu l’autorisation de manifester une nouvelle fois ce jeudi, a indiqué lundi Anuna De Wever, l’une des deux organisatrices. La police définira le parcours de la marche.

Comme la semaine dernière, le rendez-vous est donné à 10h30 au Carrefour de l’Europe, face à la gare centrale. Les jeunes pourront se déplacer selon un itinéraire établi préalablement avec les forces de l’ordre.

Des membres du mouvement Youth For Climate, à l’initiative de la «grève scolaire», doivent se concerter mardi avec la police.

Les organisatrices, deux adolescentes de 17 et 19 ans, souhaitent une participation massive.«J’espère évidemment que nous serons beaucoup plus que la fois dernière. Ce serait un signal fort. Nous continuons à mobiliser le plus grand nombre sur notre page Facebook», a affirmé Anuna De Wever.

Mercredi, une délégation de Youth For Climate doit rencontrer les ministres flamands de l’Intérieur, Liesbeth Homans (N-VA), de l’Environnement, Joke Schauvliege (CD&V) et de l’Energie, Lydia Peeters (Open Vld).

Jeudi passé, quelque 3.000 élèves ont fait l’école buissonnière pour manifester leur souhait d’une politique plus ambitieuse en matière climatique. Le Carrefour de l’Europe, sur lequel ils s’étaient donné rendez-vous, étant trop étroit pour tous les accueillir, ils avaient décidé de se mettre en marche, sans autorisation de la police.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite