Accueil Belgique

Santé mentale: une réforme quasi sans résultats

Le constat est sans appel : la réforme n’a aucun impact sur la qualité des soins reçus, sur l’intégration sociale ou sur le taux d’hospitalisation des patients.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Faire en sorte que les patients passent moins de temps dans un lit d’hôpital et davantage dans leur milieu de vie : c’est le but de la réforme qui, tant pour des objectifs humains qu’économiques (la durée d’hospitalisation moyenne en psychiatrie s’élève à 55 jours en Belgique, contre 18 jours en Italie ou 27 en Allemagne), modifie depuis 2010 le paysage institutionnel des soins de santé mentale en Belgique.

Entre 2011 et 2015, un long travail d’évaluation de cette réforme dite « 107 » (du nom de l’arrêté royal qui permet de la financer), commandité par le SPF Santé publique, a été mené par un groupe de chercheurs de plusieurs universités du pays. La dernière de leurs publications, publiée en décembre 2018, porte sur l’efficacité de la réforme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs