Open d’Australie: Serena Williams expédie son premier match en 49 minutes

Open d’Australie: Serena Williams expédie son premier match en 49 minutes
EPA

Serena Williams s’est promenée pour son retour en compétition officielle quatre mois après : la star américaine a expédié l’Allemande Tatjana Maria (73e) 6-0, 6-2 en 49 minutes au premier tour de l’Open d’Australie, mardi à Melbourne.

Sa précédente sortie, en finale de l’US Open début septembre dernier, est encore dans les mémoires : Serena s’était emportée contre l’arbitre, le Portugais Carlos Ramos, et avait reçu trois avertissements, le dernier pour insulte. A portée de raquette, son rêve d’égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem, détenu par l’Australienne Margaret Court, joueuse des années 1960-1970, s’était évanoui, au moins temporairement.

Sur la Rod Laver Arena mardi, vêtue d’une combishort verte et de collants résille couleur peau, la cadette des sœurs Williams (37 ans) a expédié le premier set en seulement 18 minutes. De l’autre côté du filet, Maria, une des quatre joueuses engagées dans le tournoi ayant un enfant, comme Serena, ne servait alors que 13 % de premières balles et n’avait frappé qu’un coup gagnant. La seconde manche a demandé guère plus d’efforts à l’Américaine.

«  J’ai tellement de bons souvenirs de la dernière fois que je suis venue ici. C’était la plus belle victoire de ma carrière », s’est remémorée Serena.

C’est à Melbourne que l’ex-N.1 mondiale aujourd’hui 16e s’est offert son 23e sacre en Grand Chelem en 2017. Elle était alors enceinte de huit semaines. L’édition 2018, quatre mois après qu’elle avait donné naissance à sa fille Olympia, s’était jouée sans elle.

Au deuxième tour, Serena affrontera la Canadienne Eugenie Bouchard, ex-N.5 mondiale aujourd’hui 79e, ou la Chinoise Peng Shuai, bénéficiaire d’une invitation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite