Open d’Australie: Serena Williams expédie son premier match en 49 minutes

Open d’Australie: Serena Williams expédie son premier match en 49 minutes
EPA

Serena Williams s’est promenée pour son retour en compétition officielle quatre mois après : la star américaine a expédié l’Allemande Tatjana Maria (73e) 6-0, 6-2 en 49 minutes au premier tour de l’Open d’Australie, mardi à Melbourne.

Sa précédente sortie, en finale de l’US Open début septembre dernier, est encore dans les mémoires : Serena s’était emportée contre l’arbitre, le Portugais Carlos Ramos, et avait reçu trois avertissements, le dernier pour insulte. A portée de raquette, son rêve d’égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem, détenu par l’Australienne Margaret Court, joueuse des années 1960-1970, s’était évanoui, au moins temporairement.

Sur la Rod Laver Arena mardi, vêtue d’une combishort verte et de collants résille couleur peau, la cadette des sœurs Williams (37 ans) a expédié le premier set en seulement 18 minutes. De l’autre côté du filet, Maria, une des quatre joueuses engagées dans le tournoi ayant un enfant, comme Serena, ne servait alors que 13 % de premières balles et n’avait frappé qu’un coup gagnant. La seconde manche a demandé guère plus d’efforts à l’Américaine.

«  J’ai tellement de bons souvenirs de la dernière fois que je suis venue ici. C’était la plus belle victoire de ma carrière », s’est remémorée Serena.

C’est à Melbourne que l’ex-N.1 mondiale aujourd’hui 16e s’est offert son 23e sacre en Grand Chelem en 2017. Elle était alors enceinte de huit semaines. L’édition 2018, quatre mois après qu’elle avait donné naissance à sa fille Olympia, s’était jouée sans elle.

Au deuxième tour, Serena affrontera la Canadienne Eugenie Bouchard, ex-N.5 mondiale aujourd’hui 79e, ou la Chinoise Peng Shuai, bénéficiaire d’une invitation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Lors de sa dernière apparition en joueuse sur un court, en mai dernier lors du tournoi des légendes à Wimbledon.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    Tennis: le second «Kimback», dernier défi de Clijsters

  • Rafael Nadal est en avance d’environ trois ans sur les temps de passage de Roger Federer.

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    Rafael Nadal est parti pour égaler ou dépasser Roger Federer en 2020

  • Toujours touché au coude, Steve Darcis (35 ans) envisage le pire.

    Par Yves Simon

    Tennis

    Steve Darcis: «Je n’ai pas peur de la retraite...»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite