Brexit: Charles Michel prépare des mesures d’urgence en cas de rejet de l’accord

© Belga
© Belga

Le Premier ministre prépare une loi d’urgence sur le Brexit. Charles Michel a ainsi demandé à ses ministres de préparer le pays en cas de Brexit « dur », alors que le gouvernement fédéral est en affaires courantes.

Lors d’un conseil des ministres organisé fin décembre, Charles Michel avait demandé aux départements et Régions de mener une analyse afin d’identifier les mesures d’urgence en cas de rejet de l’accord sur le Brexit.

Les chefs de cabinet des ministres vont se réunir ce mardi pour travailler sur ces mesures et dégager une loi d’urgence. Le sort du Brexit est actuellement suspendu au vote des députés britanniques, qui se prononceront dans la soirée sur l’accord de divorce conclu avec Bruxelles.

Si Theresa May n’obtient pas la majorité, il n’y aurait alors pas d’accord sur la sortie du Royaume-Uni prévue pour le 29 mars prochain. Ce scénario est fort probable et aurait un impact réel sur notre pays.

Comment Charles Michel compte adoucir les effets d’un Brexit « dur »

En cas d’échec ce mardi, les entreprises belges pourraient se confronter à des droits de douane, des contrôles réglementaires et des entraves au commerce.

Le gouvernement compte ainsi adoucir l’impact d’un Brexit « dur » sur les entreprises et les citoyens belges. Parmi les mesures envisagées, le gouvernement compte recruter des douaniers supplémentaires pour éviter les longues files d’attente aux frontières, engager une centaine de personnes au sein de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

Ces mesures semblent pourtant compromises, selon Le Soir.

Le gouvernement souhaiterait également avoir des garanties afin d’assurer le respect des droits sociaux des Belges qui vivent aux Royaume-Uni.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous