Procès Nemmouche: un juré est récusé pour avoir travaillé avec l’un des juges d’instruction (direct)

Procès Nemmouche: un juré est récusé pour avoir travaillé avec l’un des juges d’instruction (direct)

Après la mise en place du jury et la lecture de l’acte d’accusation, la semaine dernière, la cour d’assises devait en principe entrer dans le vif du sujet avec la présentation, mardi matin, de l’acte de défense, un document de 18 pages qui expose de manière succincte les principaux arguments qui seront développés par Mehdi Nemmouche au cours du procès. En principe seulement… puisqu’à peine amorcés, les débats ont été suspendus afin que la cour puisse examiner une demande de récusation.

Dans un courrier transmis à la juge, le président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles, Luc Hennart, révèle que le juré en question a collaboré il a quelques années en tant que greffier avec la juge d’instruction Betra Bernardo-Mendez, en charge du dossier du Musée juif de Belgique et qui sera appelée à la barre en tant que témoin.

«C’est une situation bien ennuyeuse et embarrassante. Depuis quelques jours, 24 puis 23 personnes s’investissent (dans ce procès). On pensait qu’il travaillait au greffe civil. (Or) ce juré a été assumé greffier et a travaillé pour un des deux juges qui ont instruit ce dossier», a réagi le procureur fédéral Bernard Michel, favorable à la récusation du juré contesté en raison du «risque encouru».

Un avis que partagent les avocats du coaccusé de Mehdi Nemmouche, Nacer Bendrer. Mes Julien Blot et Gilles Vanderbeck ont formulé le souhait «que le procès se déroule dans la plus grande sérénité et avec impartialité». «L’impartialité c’est aussi une apparence et la présence du juré numéro deux porte atteinte à cette apparence. Vous connaissez un témoin, vous avez travaillé avec et vous ne l’avez pas dit», ont reproché les avocats, estimant que le risque d’une «opinion subjective» était trop important.

A contrario, la défense de Mehdi Nemmouche n’a émis aucune objection à ce que le juré reste en place malgré le fait qu’il ait autrefois «travaillé pour l’ennemi». «Nous avons confiance en tout le jury», a ponctué Me Courtoy.

Me Michèle Hirsch, conseil des parties civiles, n’a pas marqué son opposition à ce que le juré numéro deux reste en place.

Peu avant midi, la cour a finalement statué en faveur de la récusation du juré contesté étant donné que celui-ci avait travaillé «en lien hiérarchique» avec la juge d’instruction et qu’il avait, entre 2012 et 2013, pu prendre connaissance de dossiers qui «pourraient être en lien avec l’affaire (ici jugée)».

Suivez le procès en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite