«Glass», un film de superhéros à taille humaine: nos critiques des sorties cinéma

«
Glass
».
« Glass ».

Glass (M. Night Shyamalan)

La réussite de M. Night Shyamalan est de prendre un genre ultrapopulaire (le film de superhéros) et d’en faire un thriller à la Hitchcock. A la fois film d’auteur et film populaire, Glass élargit le spectre du film de superhéros jusqu’alors coincé dans sa couleur monochrome de blockbuster pop, en y apportant une touche humaine. Une touche d’auteur.

Peterloo (Mike Leigh)

Pour raconter l’histoire de ce massacre méconnu, Mike Leigh choisit de remonter le temps pour que le spectateur puisse prendre pleinement conscience des enjeux. Si ce choix induit certaines longueurs, que l’ensemble est empreint d’un certain classicisme, Peterloo est de ces films historiques importants à rappeler à la mémoire collective. Dans une époque de révoltes, il est en effet plus que jamais actuel.

Styx (Wolfgang Fischer)

Un film nerveux, poignant, qui serre le cœur.

When Arabs danced (Jawad Rhalib)

Le film invite à la réflexion, pose la question de la censure et de l’autocensure. Il souligne aussi la tristesse et la révolte que suscitent les fondamentalistes.

Une jeunesse dorée (Eva Ionesco)

Derrière l’extravagance ambiante règne un vide abyssal. C’est la réussite du film et son défaut. Au-delà du contexte, le film donne peu de chose. Ennui.

Monsieur (Rohena Gera)

Avec des faux airs de conte à la Cendrillon, Sir est de ces films à l’issue assez prévisible. Mais le jeu sensible et vrai des acteurs, la délicatesse avec laquelle Rohena Gera les filme, le rendent particulièrement touchant.

Colette (Wash Westmoreland)

Premier biopic consacré à l’écrivaine française. Au-delà de ce récit passionnant, qui résonne pleinement à l’heure actuelle, le film regorge de quelques paradoxes ou maladresses. Un joli biopic, qui aurait sans doute gagné à avoir un peu plus de fureur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite