«Glass», un film de superhéros à taille humaine: nos critiques des sorties cinéma

«
Glass
».
« Glass ».

Glass (M. Night Shyamalan)

La réussite de M. Night Shyamalan est de prendre un genre ultrapopulaire (le film de superhéros) et d’en faire un thriller à la Hitchcock. A la fois film d’auteur et film populaire, Glass élargit le spectre du film de superhéros jusqu’alors coincé dans sa couleur monochrome de blockbuster pop, en y apportant une touche humaine. Une touche d’auteur.

Peterloo (Mike Leigh)

Pour raconter l’histoire de ce massacre méconnu, Mike Leigh choisit de remonter le temps pour que le spectateur puisse prendre pleinement conscience des enjeux. Si ce choix induit certaines longueurs, que l’ensemble est empreint d’un certain classicisme, Peterloo est de ces films historiques importants à rappeler à la mémoire collective. Dans une époque de révoltes, il est en effet plus que jamais actuel.

Styx (Wolfgang Fischer)

Un film nerveux, poignant, qui serre le cœur.

When Arabs danced (Jawad Rhalib)

Le film invite à la réflexion, pose la question de la censure et de l’autocensure. Il souligne aussi la tristesse et la révolte que suscitent les fondamentalistes.

Une jeunesse dorée (Eva Ionesco)

Derrière l’extravagance ambiante règne un vide abyssal. C’est la réussite du film et son défaut. Au-delà du contexte, le film donne peu de chose. Ennui.

Monsieur (Rohena Gera)

Avec des faux airs de conte à la Cendrillon, Sir est de ces films à l’issue assez prévisible. Mais le jeu sensible et vrai des acteurs, la délicatesse avec laquelle Rohena Gera les filme, le rendent particulièrement touchant.

Colette (Wash Westmoreland)

Premier biopic consacré à l’écrivaine française. Au-delà de ce récit passionnant, qui résonne pleinement à l’heure actuelle, le film regorge de quelques paradoxes ou maladresses. Un joli biopic, qui aurait sans doute gagné à avoir un peu plus de fureur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les opérateurs veulent savoir si le pré-accord, signé avec le précédent gouvernement, est toujours d’actualité.

    5Gà Bruxelles: Agoria «ne comprend pas»

  2. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  3. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite