Procès du Musée juif: la défense de Mehdi Nemmouche a énoncé cinq preuves qui l’innocentent à ses yeux

© IGOR PREYS
© IGOR PREYS

Les avocats de Mehdi Nemmouche ont exposé, mardi après-midi, dans l’exposé de leur acte de défense, cinq preuves qui, selon eux, innocentent leur client.

Mehdi Nemmouche nie être l’auteur de la tuerie puis refuse de répondre aux questions

Dans ce procès, Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, deux Français de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d’assises de Bruxelles d’être auteurs ou co-auteurs de l’attentat au Musée juif de Belgique à Bruxelles, commis le 24 mai 2014. L’attaque avait causé la mort de quatre personnes: un couple de touristes israéliens et deux travailleurs du musée.

•«La première preuve de l’innocence de Mehdi Nemmouche est que le tireur a manipulé par trois fois la porte d’entrée du musée, comme on le voit sur les images de vidéo-surveillance du musée. Or, l’ADN de Mehdi Nemmouche n’est pas sur cette porte. Par ailleurs, l’auteur ne portait pas de gants, même les accusateurs en conviennent dans leur acte d’accusation», a déclaré Me Henri Laquay.

•«La seconde preuve est que l’ADN de Mehdi Nemmouche ne se trouve pas sur la détente du revolver. Or, on voit sur les images de vidéo-surveillance que le tireur presse à six reprises la détente de cette arme. Et si son ADN se trouve par contre sur la kalachnikov, c’est parce qu’il l’a sortie du sac dans laquelle elle se trouvait. Il a ensuite immédiatement compris qu’il avait commis une terrible imprudence en ouvrant ce sac, dont le véritable tueur, un professionnel sans nul doute, s’est débarassé. Et il est prouvé que ces armes n’ont pas été nettoyées», a exposé Me Henri Laquay.

•La troisième preuve de l’innocence de Mehdi Nemmouche réside dans les circonstances de son arrestation, selon les avocats. «Il résulte que le revolver avec lequel l’auteur a tiré sur les époux Riva et Alexandre Strens a présenté ensuite de sévères défaillances. Ce pourquoi il a changé d’arme et a utilisé ensuite la kalachnikov, comme on le voit sur les images des caméras de vidéo-surveillance du musée. Or, Mehdi Nemmouche portait sur lui, lors de son arrestation à Marseille le 30 mai 2014, le revoler défecteux. S’il avait été le tireur du Musée juif, il ne se serait pas muni de cette arme pour se protéger, puisqu’il aurait su qu’elle était défecteuse», a expliqué Me Virginie Taelman.

•La quatrième preuve énumérée par les conseils de l’accusé a trait à l’attitude de leur client lors de son arrestation. Pour Me Taelman, il est «grotesque et risible» de penser que Mehdi Nemmouche n’aurait pas utilisé la kalachnikov qui était en sa possession pour fuir les douaniers qui l’ont interpellé à Marseille, s’il avait effectivement été le «tueur professionnel» du Musée juif.

L’avocate a rappelé que son client s’était laissé se faire arrêter sans opposer de résistance, ce qui ne colle pas à l’image d’un terroriste et d’un tueur profesionnel qui a mené une opération commando minutée au Musée juif.

•La cinquième preuve de l’innocence de Mehdi Nemmouche, selon ses conseils, est la photo du tueur qui a été présentée. «Sur les images de vidéo-surveillance, le tueur porte des lunettes qu’il n’enlève à aucun moment. Or, sur la photo divulguée ensuite dans les médias, le tueur ne porte pas de lunettes et un visage a été reconstitué», a déclaré Me Taelman. La défense déplore que l’inspecteur en charge de ce cliché, qui a reconnu avoir joué sur la luminosité du portrait, ne sera pas appelé à témoigner devant la cour.

Suivez le procès en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite