Accueil Opinions Éditos

RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

Des fuites remettent en cause l’ordre d’arrivée des candidats. Elles font de Martin Fayulu le vainqueur – et de loin – de l’élection présidentielle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, jeudi 17 janvier 2019, 12:26

    Pardon "cocitoyens"

  • Posté par Pablos Gino, jeudi 17 janvier 2019, 12:24

    Bravo Monsieur Augustin,le Congo a besoin de gens éclairés et de démocrates comme vous.Mais je crois que beaucoup de vos citoyens on voté juste,juste que le pouvoir en place leur a cofisqué ce vote.

  • Posté par AUGUSTIN SHAKO YODI, jeudi 17 janvier 2019, 0:59

    Je suis congolais et,devant une lecture si objective de la situation qui prévaut dans mon pays que vous connaissez bien - je me permets de le dire, car c’est depuis des années que vous vous y intéressée passionnément - je suis plein d’admiration. Malheureusement, devant l’envoûtante résignation et le fanatisme aveugle de certains de mes compatriotes qui ne surfent que sur les réseaux de la peur et du tribalisme, sacrifiant ainsi lâchement le destin heureux du Congo, vous serez, comme souvent, mal comprise. Mais je ne vous apprendrez pas que la connaissance, la vraie connaissance, se partage, communique et se communique, mais surtout elle ne peut jamais être au service de la médiocrité : elle illumine les chemins de la vie, elle dévoile les pièges des ennemis de l’épanouissement humain, de la vraie vie, ... Le congolais averti est plus que conscient de toutes les magouilles qui ont entrelardé le processus électoral qui, logiquement,vient de forcer son atterrissage fatal. J’ai honte d’une Commission d’appui à la démocratie qui a déployé les griffes d’un costaud démon acharné contre la paix, le développement et l’éclosion d’un Congo bon et meilleur... J’ai honte d’une opposition dite historique qui, pour mieux rester dans l’histoire, et donc être plus historique, s’est laissée corrompre, bien que sans trop de surprise pour le congolais averti, par l’esprit mauvais qu’il prétendait chasser pour libérer l’âme congolaise impitoyablement tourmentée... J’ai honte du congolais qui consacre des alliances qui ne jurent que sur la prise du pouvoir pour pourvoir aux pourboires d’une infime minorité qui n’atteint même pas 10% d’une population oubliée, humiliée, sacrifiée et méprisée... J’espère que la cour constitutionnelle s’évitera de choisir le déshonneur pour ne pas voir s’inviter la guerre. Wait and see!

  • Posté par AUGUSTIN SHAKO YODI, jeudi 17 janvier 2019, 1:01

    Juste une correction par rapport au texte ci-haut : que vous vous y intéressez...

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs